Quantcast
Home Monde Mickey et la transidentité


Mickey et la transidentité

La théorie du genre et la magie de Walt Disney

Mickey et la transidentité
Charlee Corra, un héritier de Disney à Los Angeles, mars 2022 Randy Shropshire / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

En Floride, le gouverneur républicain de l’État interdit aux professeurs de relayer la propagande sur la théorie du genre à partir du mois de juillet. Le géant du divertissement Disney est contraint de prendre position.


Signée officiellement le 28 mars par Ron DeSantis, gouverneur républicain de Floride, la « House Bill 1557 » interdit désormais aux enseignants du primaire comme du secondaire d’évoquer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre devant leurs élèves. 

Le texte de loi, surnommé Don’t Say Gay (« ne dites pas gay »), a provoqué une vague de protestations aux États-Unis jusque dans le Bureau ovale. Le président Joe Biden s’est dit consterné par ce vote, réaffirmant que son « administration continuerait à se battre pour la dignité de chaque élève, en Floride et dans tout le pays », rappelant que les « jeunes LGBTQI+ méritent d’être acceptés tels qu’ils sont ».

Un jour mon prince viendra…

Parmi les opposants à ce projet de loi, la voix de Charlee Corra, arrière-petit-fils de Walt Disney, fondateur des studios du même nom, se fait remarquer. Le jeune homme de 30 ans a récemment fait son coming-out transgenre. Héritier du créateur de la souris bien connue Mickey, il a vertement critiqué la « House Bill 1557 », soutenu par ses parents qui ont fait don d’un montant de 500 000 dollars à une association de défense des droits LGBTQI + en guise de protestation. C’est d’une même voix qu’ils ont déclaré « avoir le cœur brisé » depuis la signature du texte de loi. D’autant qu’en tant que professeur de biologie et des sciences de l’environnement, Charlee Corra, qui utilise le pronom « Iels » pour se définir, est le premier concerné par la « House Bill 1557 » ! 

A lire ensuite: Tu seras une femme, mon fils

« J’avais très peu de modèles ouvertement homosexuels [à l’école-ndlr] » a confessé Charlee Corra, au Los Angeles Times et, si « sa condition sociale lui a offert de nombreux privilèges, une grande partie de son adolescence et de sa vie de jeune adulte a été jalonnée par la difficulté d’assumer sa transidentité » a-t-il expliqué à nos confrères, craignant que cette loi ne fasse reculer les droits des homosexuels en Amérique du Nord.

La conversion de la Walt Disney Company

Un coming-out qui a reçu un soutien appuyé mais contraint de la Walt Disney Company, acteur économique de poids dans cet État du Sud-Est. 

Fustigée par certains fans et ses propres employés « déçus, blessés, effrayés et en colère » pour ne pas avoir dénoncé ce texte de loi, la société a dû faire amende honorable. Après s’être excusée, elle a annoncé qu’elle ferait tout pour faire annuler la « House Bill 1557 » aux côtés des associations militantes gays et lesbiennes. Bob Chapek, Directeur général de The Walt Disney Company, a même confirmé dans un email adressé au personnel que l’entreprise cessait de faire des dons aux partis politiques. Une décision qui a fait réagir le Parti Démocrate, très amer. Ce dernier a regretté de telles conséquences, générées selon lui par une loi qui « prend le parti de la haine et de la discrimination et utilise la souffrance des enfants et des familles pour marquer des points auprès de sa base électorale ». Depuis plusieurs mois, différents gouverneurs républicains ont effectivement fait voter des lois du même genre ou limitant l’accès à l’avortement, laissant entrevoir derrière cette série de décisions la main et l’influence de l’ancien président Donald Trump…

A lire aussi: Sabine Prokhoris: “Metoo est une section d’assaut”

Rien qui ne saurait ébranler le gouverneur de Floride, étoile montante de son parti et potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle. « Je me fiche de ce que disent les grands médias ! Je me fiche de ce que dit Hollywood. Je me fiche de ce que disent les grandes sociétés. Je fais face. Je ne reculerai pas » a déclaré Ron DeSantis en brandissant le bouclier de l’ordre moral. La loi entrera en vigueur dès juillet 2022. Tout parent qui estimera qu’un enseignant contrevient à la « House Bill 1557 » pourra le dénoncer à sa direction d’établissement.

Dans une vidéo interne évoquant le projet “Reimagine tomorrow”, ayant fuité dans la presse en mars (voir plus bas), Karey Burke, en charge du contenu chez Disney, promettait que 50 % des personnages principaux des productions Disney seraient dorénavant issus de la communauté LGBT et des minorités raciales. « En tant que mère de deux enfants queer, un transgenre et un pansexuel, je me sens responsable de parler pour eux » précisait-elle alors. 


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Rendez-nous de Gaulle sur les marchés de France!
Next article Soignants suspendus, un scandale d’État?
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération