Quantcast
Home Édition Abonné Les Chinois aussi ont peur du grand remplacement


Les Chinois aussi ont peur du grand remplacement

Bons vœux d'Afrique...

Les Chinois aussi ont peur du grand remplacement
© D.R.

Depuis des années, la Chine tente d’améliorer son image sur le continent africain dont elle est devenue un partenaire économique privilégié. Pourtant, un scandale vient d’éclater au Malawi suite à la diffusion d’un documentaire réalisé par la filiale africaine de la BBC sous le titre « Racisme à vendre »


Cette enquête, qui embarrasse profondément Pékin, révèle un trafic de vidéos tournées dans un village malawien par un Chinois, Lu Ke, qui montrent des enfants récitant des paroles en mandarin dont le sens leur échappe. Dans un exemple représentatif, un garçon d’environ 9 ans proclame : « Je suis un monstre noir et j’ai un faible QI. » De telles séquences sont intégrées à des cartes de vœux virtuelles qui sont ensuite vendues sur les médias sociaux chinois, afin d’être échangées à l’occasion de mariages et d’autres fêtes. Une de ces vidéos a obtenu plus de 3 millions de vues sur le réseau Weibo. Les enfants sont payés 20 cents de la journée, tandis que le prix d’une vidéo peut monter jusqu’à 67 euros.

Devant cette « pornographie de la pauvreté », selon la BBC, la ministre malawienne des Affaires étrangères, Nancy Tembo, a déclaré que son pays se sentait « dégoûté, méprisé et profondément peiné ». La réaction initiale de la Chine a été de minimiser les faits mais, face à la colère montante des Malawiens, elle s’est fendue d’une condamnation absolue du racisme. Le gouvernement malawien ne risque pas de mettre en péril ses bonnes relations avec les Chinois de peur de perdre une aide financière qui a déjà servi de nombreux projets, comme la construction d’une université technique et celle du stade national.

A lire aussi: Quand une histoire de fond de teint agite le monde lyrique…

Une autre vidéo montre de petits Africains qui promettent en mandarin de ne jamais venir en Chine, promesse qui répond à la peur, largement répandue parmi les Chinois, de voir leur pays « envahi » par les Africains. En 2017, un dirigeant politique, Pan Qinglin, avait évoqué publiquement le risque que la Chine cesse d’être un « pays jaune » pour devenir un « pays noir et jaune ». L’empire du Milieu a son propre mythe du Grand Remplacement.

Été 2022 – Causeur #103

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Guerres picrocholines aux Francofolies
Next article Ennio, le maestro
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération