« On ne fait rien de grand sans le fanatisme »
Gustave Flaubert, Correspondance, à Louise Collet, 1853

De reculade en reculade, nous, les amoureux de la civilisation française, assistons au triomphe du progressisme, la tête baissée et les larmes aux yeux. Notre lucidité et la justesse de notre diagnostic ne sont d’aucune utilité car la majorité de la population semble regarder ailleurs et préfère cultiver son jardin. Notre défaite est d’autant plus déroutante que l’ennemi est faible. Nous nous faisons casser la gueule par des nains ! Nos maîtres prennent leurs ordres chez Greta Thunberg et osent conjuguer, dans la même phrase, islamisme et féminisme. 

Nous sommes lassés de prendre des coups

La source de notre malheur est simple : nous ne sommes pas fanatiques. Nous avons raison sur le plan conceptuel mais tort sur celui des méthodes. Tel un boxeur menotté, nous avons tout compris à la dynamique du match et sommes incapables de donner le moindre coup. Pire, l’arbitre encourage la partie adverse à nous achever au mépris des règles. L’arbitre est tantôt la presse bienpensante, ce quatrième pouvoir qui a les yeux fixés sur 1940, tantôt une partie de la magistrature qui, au lieu de séparer les corps en lutte, jette du sel sur nos blessures ouvertes. 

Aucune guerre ne se gagne sans une dose de fanatisme. 

Le fanatisme est autre chose que l’extrémisme religieux ou la haine ethnique qui se manifeste parfois en Inde ou au Rwanda par exemple. Le fanatisme est avant tout l’attachement viscéral et exclusif à une cause au point de perdre amis, famille et situation. Un fanatique ne s’empêche plus. Il s’autorise à puiser au fond de lui-même les ressources que la civilisation a toujours utilisées pour provoquer le changement : la fureur, l’optimisme absolu et un certain grain de folie. Le fanatisme est l’arme des faibles et nous autres, adversaires du progressisme, sommes très faibles.

Le progressisme, voilà l’ennemi!

Or, la droite et les gens de droite se refusent à toute forme de fanatisme. Ils préfèrent recevoir les coups d’une manière noble alors que la vraie noblesse, celle du Moyen Age, était tout sauf douceur et soumission.

La violence peut être utile. Elle dissuade l’adversaire et l’incite à respecter les règles du jeu. Il n’y a que les non-violents qui se font lyncher. L’exemple de Ghandi est en réalité une leçon à méditer par la droite : il suffit de compter le nombre de morts en Inde au Pakistan en 1947/48 pour comprendre que la théorie de la non-violence ne résiste pas au choc de la réalité. Cultiver l’esprit guerrier est un droit, surtout lorsque l’on est attaqué. On veut priver la jeune génération actuelle de tout esprit guerrier.

Seul le fanatisme peut annuler l’avantage de l’ennemi et transformer ses actifs en passifs. Ce ne sont pas les tanks qui gagnent la guerre mais des idées incandescentes qui se font face. Une idée incandescente attire à elle les êtres les plus dynamiques et stimule en eux des ressources psychiques insoupçonnées. En 1940, il fallait être fanatique de la France pour rejoindre De Gaulle.

L’islamisme profite de notre faiblesse et de la puissance du progressisme

Pour éviter tout malentendu, je préciserai que la violence n’a pas besoin de se réaliser à travers les coups. Elle doit d’abord habiter la pensée des résistants, la pensée de tous ceux qui refusent le statu quo progressiste. Qu’ils commencent par se faire violence eux-mêmes en cessant d’aimer la modération ! On n’évite pas un infarctus par des caresses et de l’acupuncture. Au contraire, on ranime vigoureusement le malade quitte à lui casser des côtes.

L’islamisme, le plus grand ennemi de la France, est fanatique. Il ne s’en porte que mieux puisque tous les musulmans « modérés » sont soit morts soit exilés hors de portée des « grands frères » avec lesquels nos maîtres progressistes rêvent de « dialoguer ». Ils veulent organiser l’Islam de France disent-ils… Une belle chimère !

Pour sortir enfin de cet état pathologique nommé modération, il faudrait accepter de s’administrer une dose de fanatisme. Toute la question est de savoir lequel car, à droite, aucune idéologie n’a le potentiel d’enflammer les âmes. Évacuons de suite les idées nauséabondes qui vivent dans la nostalgie du fascisme. Être fanatique ne signifie pas être criminel.

Laïcité, droite libérale, Europe des peuples…

Évacuons aussi l’idée de la laïcité. Si la laïcité a toujours cultivé un certain fanatisme, son intolérance et son inflexibilité face au catholicisme ont paradoxalement accentué nos maux. Car si la laïcité est comme programmée génétiquement pour éradiquer le catholicisme, l’islamisme ne l’intéresse pas.

Évacuons aussi les idées managériales de l’aile libérale de la droite car jamais personne ne se sacrifiera pour la liberté économique ou le contrôle de l’inflation. Le dogme libéral dit juste à plus d’un titre mais il est ce que l’intendance est à la grande stratégie militaire : important certes mais jamais suffisant pour vaincre. 

Inventer un fanatisme est aussi difficile que créer une œuvre populaire car il est plus facile de séduire une niche de doctorants que de parler au plus grand nombre. Il faudrait raisonner en des termes nouveaux : commencer par les émotions avant d’arriver aux idées. Penser en termes de mélodie ! Le fanatisme est une chanson douce qui désarme les réticences de la raison et emporte la seule adhésion qui compte : celle de l’âme. Or, l’âme n’est pas sensible aux chiffres ni aux discours savants. Elle s’identifie aux tourments des faibles et s’indigne devant l’arrogance des puissants. Elle aime voir la justice advenir là où, à l’origine, il n’y avait que malheur et tyrannie. Elle raisonne en termes de « nous » et « eux », d’où le succès des idées qui avancent en posant des barbelés. C’est ainsi: une dose d’animosité est nécessaire pour qu’une idée puisse « intéresser » l’âme.  

Démocratie participative, Europe des peuples ? Trop de variables, trop d’abstraction, pas assez d’émotion. Pour déterminer si une idée a une chance d’enflammer les âmes, demandez-vous si elle définit clairement le camp du Bien et du Mal. 

Le progressisme a pris le soin de distinguer les siens (les bien-pensants) des autres (les mal-pensants c’est-à-dire nous). Il a également fait une promesse qui souffre d’un grave défaut : elle est court-termiste. D’où le grand malaise dans la civilisation française. 

Le progressisme a promis la liberté sexuelle (une idée de génie). Et nous n’avons pas tardé à constater qu’une sexualité libérée ne libère ni de la frustration ni des inégalités inhérentes à la nature humaine. Tout le monde se rend compte que les critères de beauté, de jeunesse et de bonne santé financière ont le dernier mot en matière sexuelle. 

Le progressisme a promis le vivre-ensemble. Chaque jour est un démenti cinglant (ou sanglant) à cette promesse stupide. Le progressisme nous interdit ne serait-ce que de rapporter certains faits divers. 

Regarder la France en face

Le progressime évoque l’URSS du début des années 1980: personne n’y croit et tout le monde répète les slogans convenus pour rester dans les bonnes grâces de la nomenklatura. Le système résiste encore car il dispose de l’argent de la grande bourgeoisie, de l’attention des médias et des méthodes de subversion du communisme.

Fanatisme ne signifie pas irréalisme. Rien d’utile ne sera réalisé par les conservateurs de droite si on ne regarde pas la France en face. Le patriotisme et l’amour de la civilisation française ne peuvent en aucun cas devenir des sentiments fossilisés que l’on admire dans les romans aux pages jaunies. La passion de l’époque est le changement, répondons à cet appel pour que ce changement soit conforme à nos valeurs.

Ces mots peuvent choquer une partie des lecteurs qui rêvent d’un retour au passé. Je leur dis que les Français de branche n’ont pas encore donné à la France ce qu’elle est en droit d’attendre d’eux. Le réveil ardemment désiré par tous les amoureux de la France, peut aussi être un jour porté par ces nouveaux-venus. Tous ne sont pas aigris ou assoiffés de revanche comme ces joueurs de foot qui crachent dans la soupe, ou au visage de la France qui leur a tout donné !

Une nation est un acte de foi et toute foi a besoin d’un fanatisme pour la servir.

Lire la suite