Home Culture Pierre-Guillaume de Roux contre l’asservissement des esprits


Pierre-Guillaume de Roux contre l’asservissement des esprits

Hommage

Pierre-Guillaume de Roux contre l’asservissement des esprits
Image: capture d'écran YouTube.

L’éditeur Pierre-Guillaume de Roux est décédé à 57 ans


Mon cher Pierre-Guillaume, tu n’étais pas seulement mon éditeur : tu étais un ami au cœur pur, et l’un des alliés les plus fervents qu’il m’ait été donné de rencontrer. Depuis quelque temps, je ne pouvais plus me défendre contre l’idée insistante que nous ne nous reverrions plus. Et voilà que d’une seconde à l’autre, en début d’après-midi, cette intuition tourmenteuse est devenue couperet. Ma tristesse est immense.

Nous ne perdons pas seulement un homme de conviction et de culture : c’est aussi une fenêtre ouverte sur le large qui se referme, et donc un surcroît de désespérance et de pestilence dans l’air ambiant.

A lire aussi: De Rodenbach à Jean Ray, ce que nous devons à la littérature belge

Tu auras déployé une magnifique énergie combative pendant toutes ces années. Les vents étaient contraires, les marées sans pitié. Chaque fois que tu me téléphonais (et j’admirais que tu prennes ainsi ton temps, que tu baguenaudes à travers l’actualité, alors que des tâches de toutes sortes te requéraient, sans parler des chiens de garde du caporalisme intellectuel qui te harcelaient et t’obligeaient à des efforts épuisants), la conversation se terminait par ces mots de ta part : “Le combat continue, mon cher Pierre”. J’entendais le sourire confiant dans ta voix. Le combat, de toute évidence, sera plus difficile sans toi. Mais je peux t’assurer qu’il continuera : contre la veulerie des âmes, contre l’asservissement des esprits, contre l’impotence satisfaite des cœurs. Et tu peux être convaincu que j’y prendrai part plus que jamais.

En Pays Defait

Price: 16,00 €

19 used & new available from 8,66 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Il y a quelque chose de pourri dans le département des Yvelines
Next article Mafalda, c’est moi!
est écrivain.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération