Dans l’affaire du professeur Didier Lemaire, le maire et le préfet se sont déconsidérés.


Il y a quelque chose de pourri dans le département des Yvelines. Et les élus locaux comme le maire de Trappes, Ali Rabeh, le président du Conseil départemental, Pierre Bédier ou le représentant de l’État local, le Préfet Jean-Jacques Brot, en portent la lourde responsabilité.

C’est dans les Yvelines que Samuel Paty a été décapité par un islamiste, en sortant du collège où il enseignait et c’est à nouveau dans les Yvelines qu’un autre professeur se retrouve menacé de mort pour avoir dénoncé l’emprise islamiste sur Trappes. 

Une emprise connue de tous, deux journalistes du Monde en ont même fait un livre racontant la montée du communautarisme dans la ville(1). Trappes a fourni un des plus gros contingent de jihadistes à l’État Islamique, plus même que Molenbeek. Entre 60 et 80 jeunes sont partis, au point que Trappes a reçu le surnom de « capitale d’Europe des départs en Syrie ». En 2013, le contrôle d’une femme en voile intégral ayant déclenché des violences de la part du mari contre le policier, Trappes s’était enflammé pour soutenir les époux radicalisés et eut ainsi l’honneur d’inaugurer les premières émeutes au nom de la volonté d’imposer l’islam radical sur notre territoire. Plus près de nous Marlène Schiappa avait voulu délocaliser son cabinet ministériel quelques jours à Trappes, en 2018, lors d’une déambulation, elle voulut entrer dans un café. Celui-ci étant apparemment réservé aux hommes, le préfet l’a dissuadé d’y aller pour éviter l’incident. Préférant inviter la ministre à se soumettre au sexisme plutôt que de faire respecter la loi française. Quant à l’Union des Musulmans de Trappes ils sont notoirement proches des frères musulmans.

A lire aussi, Martin Pimentel: Courbevoie, l’attentat inconnu

Aujourd’hui la boucle est bouclée et c’est encore un professeur, cible de choix pour les islamistes qui est menacé. Ce qu’il dénonce est exact et s’appuie sur la réalité : Trappes est un des hauts lieux de l’influence de l’idéologie islamiste. Une telle emprise s’explique par des années de clientélisme, d’aveuglement d’intimidation et d’omerta. Il faut dire que de nombreuses stars issues de ce biotope, dont Jamel Debbouze par exemple, se mobilisent immédiatement pour jeter l’opprobre sur ceux qui osent parler de la réalité de ce qu’ils vivent et ils font tellement de bruit que cela éclipse les départs en Syrie, les émeutes, les voiles intégraux et le clientélisme. Pourtant ils ont tous choisi avec leurs pieds de quitter ce lieu soi-disant si épanouissant et injustement déconsidéré. Tellement épanouissant que dès que c’est possible, ses laudateurs s’installent ailleurs. Loin.

L’attitude du préfet et du maire décriée, un curieux barbier…

Mais surtout, après le traumatisme de l’assassinat de Samuel Paty, on se serait attendue à la mobilisation des élus et du Préfet aux côtés de cet autre professeur menacé. Par simple réflexe d’humanité avant même que cela ne soit une question de devoir et de responsabilité. Mais non, ils préfèrent symboliquement lui tirer dans le dos. Pour le coup la trahison des principes et valeurs de la République est avérée. 

Si les préfets deviennent les meilleurs alliés de ceux qui menacent les enseignants, c’est tout l’État qui se déconsidère. Si un maire peut investir une école pour faire sa propagande, alors où sont les limites à son délire de toute puissance?

Le pire est le Maire de Trappes. Lequel menace le professeur et l’attaque en justice, comme aux époques primitives où quand le message déplaisait, on mettait à mort le messager, comme si cela pouvait occulter la réalité. Accompagné d’autres élus, ce maire s’est même introduit dans le lycée, l’investissant pour distribuer sa propagande. Ce qui est parfaitement illégal et antirépublicain et montre à quel point, chez ces personnes qui croient que le pouvoir est la possibilité d’ignorer la loi, il n’y a ni limites ni règles quand leurs intérêts sont attaqués. Là où l’abjection est avérée, c’est que le tract du maire est une attaque basse contre le professeur, elle met Didier Lemaire en danger puisqu’il est accusé de dénigrer les élèves et les habitants de Trappes, et de gâcher ainsi la réputation de la ville et l’avenir de la jeunesse. On appelle cela désigner une cible. Comme si avoir fourni un plus gros contingent de jihadiste pour la Syrie n’était rien et que le seul problème de Trappes était le discours d’un lanceur d’alerte.

Le tract du maire Ali Rabeh.
Le tract du maire Ali Rabeh.

Mais le maire s’en moque. Le fait que son élection ait été invalidée et qu’il ait été condamné à un an d’inéligibilité pour des comptes de campagne faux, en dit beaucoup sur la personnalité d’un homme qui ne se maintient au pouvoir que grâce aux délais de son recours en appel. Dernière manipulation en date, le coup du « coiffeur mixte » ! Didier Lemaire ayant affirmé que trouver un salon de coiffure mixte était compliqu

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite