Quantcast
Home Médias Omar Sy, facho!


Omar Sy, facho!

L'acteur est dans le viseur des antiracistes

Omar Sy, facho!
Omar Sy au Festival international du film de Berlin, le 28 février 2020. ©Denis Makarenko/REX/SIPA Numéro de reportage : Shutterstock40753252_000011

La contreverse progressiste à trois francs six sous de la semaine


Mais que s’est-il passé dans la tête d’Omar Sy ? Est-ce un effet secondaire de la pandémie ou la présomption d’être intouchable qui a poussé la célébrité préférée des Français -devant Jean-Jacques Goldmann- à foncer tête baissée dans la gueule du loup ?

A lire aussi: Aya Nakamura, le grand remplacement lexical?

Dimanche dernier, affublé d’un turban en modèle peau de léopard et d’une tunique traditionnelle du « bled », l’acteur a relayé sur son compte Twitter son interprétation du tube « Doudou » d’Aya Nakamura, en faisant des mimiques bébêtes et en pastichant un accent noir africain très prononcé. « C’était trop tentant… », a-t-il argué sur la publication en guise de mise en bouche.

La blague potache de trop ? Toujours est-il que la chansonnette a suscité l’ire de nombre de ses groupies qui voient désormais en l’humoriste un raciste, un misogyne et, encore plus grave, un « n.gre de service » qui se moque des « siens ».

“C’est du racisme, comment peut-on encore se moquer des femmes en se travestissant, et en se moquant des accents africains… Ce whifeface est inadmissible” écrit l’un sur Twitter. “De toute manière, Omar Sy, Jamel Debbouze, Malik Bentalha etc. tous le même combat: se moquer des siens pour faire rire les blancs. Ils ont un talent qu’ils ne méritent pas” commente un autre.

D’aucuns prennent sa défense en soulignant que la mama africaine en cause n’est autre que le personnage de Doudou créé par Omar Sy lui-même il y a vingt ans, que l’on a notamment pu entendre interpréter « Que je t’aime » de Johnny Hallyday avec un fort accent africain sur Canal +.

« Tu ne nous fais plus rire ! », s’est encore indignée sur Twitter une ancienne apôtre d’Omar Sy tandis qu’une autre s’est dit « fatiguée de ces imitations des femmes noires en forçant sur l’accent ». Omar Sy cochait pourtant toutes les bonnes cases: il est noir, il vit à Los Angeles, il fait rire petits et grands, il a bruyamment manifesté lors de la mort de George Floyd, il a invité les Français à en faire de même et a signé une tribune dans L’Obs intitulée “Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France”. Ça ne suffit plus.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Concours de beauté morale contre «Valeurs Actuelles»

L’idéologie « woke » étant en croisade permanente pour toujours plus de pureté, Omar Sy semble voué aux gémonies. Pour la suite de sa carrière, on ne saurait que lui déconseiller de parodier Danièle Obono.

A-t-il senti le vent tourner?
Afin de se racheter, l’acteur vient de tweeter dans la pure prose progressiste: “Doudou […] est un hommage ici au titre d’Aya qui s’appelle comme lui et un soutien face à tout ce qu’elle reçoit elle aussi de critiques aussi injustes et malveillantes », avant d’ajouter, un brin hautain: “Je suis libre. Et la critique ici ne mène à rien à part diviser. Surtout, la vraie vie est ailleurs que sur Twitter et les vraies actions qui changent les choses aussi ».
« Vraie vie » ou non, ces derniers tweets ont désormais été effacés par leur auteur… Visiblement, Omar Sy ne sait plus sur quel pied danser.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article LI-BER-TÉ-DE-CULTE!
Next article “Que font-ils chez vous?”: la réaction des Asiatiques devant notre trop grande mansuétude
Enseignant

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération