Magnifiquement rénovée au XIXe siècle, Notre-Dame a eu la mauvaise idée de brûler à une période de grande inculture. Jusqu’au sommet de l’Etat, bien peu reconnaissent l’apport décisif de Viollet-le-Duc à sa restauration. 


Immédiatement, le 15 avril dernier, je me rends à Notre-Dame. La nuit n’est pas encore tombée. L’émotion de la population est palpable, j’allais dire « tripale ». Je rejoins un petit carré aménagé pour les journalistes. Des hommes politiques se présentent par paquets de quatre ou cinq. Ils ont un air de componction, façon cousin lointain arrivant à un enterrement. Tous soulignent que c’est triste de voir un héritage du xiiie siècle partir en fumée.

Inculture

À un moment donné, un historien de l’art se mêle aux journalistes. Il parle du xiiie siècle et encore du xiiie siècle. Je lui pose une question sur l’apport du xixe. L’homme de science a un rictus douloureux. Aussitôt fuse le mot « pastiches ». J’insiste. On me regarde avec de gros yeux. Ce n’est pas un jour pour les obscénités. La valeur d’un bâtiment est une chose qui s’obtient à l’ancienneté. Tel est le contexte historiographique à haut risque

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite