L’incendie de Notre-Dame n’est ni un attentat ni un accident, mais une tentative de suicide. Confrontée aux cargaisons de touristes et encerclée par la laideur, la cathédrale a voulu mettre fin à ses jours. 


Un étudiant qui, sur le quai de l’Hôtel de Ville, regardait l’embrasement de Notre-Dame a confié à une journaliste du Monde : « C’est une part de moi qui s’effondre. » Catholiques ou pas, croyants ou incroyants, Français d’origine française ou Français de fraîche date, nous sommes nombreux à avoir éprouvé ce sentiment. Notre-Dame de Paris, nous n’y pensons pas tous les jours, mais cette cathédrale rehausse notre vie sur terre de sa beauté et de sa spiritualité.

Notre-Dame n’est pas une abstraction

« Notre-Dame, notre histoire », titrait Le Monde au lendemain de la catastrophe. Or, ce n’est pas faire injure à ce quotidien que de dire qu’il est l’un des organes les plus éloquents de la morale post-identitaire et postnationale. Au nom du « Plus jamais ça », cette morale a abandonné l’histoire pour les valeurs, l’identité pour l’universel. Le sociologue allemand Ulrich Beck formule sa devise en ces termes : « vacuité substantielle, ouverture radicale ». Et voici que les partisans de l’ouverture eux-mêmes redécouvrent les vertus de la substance. Notre-Dame n’est pas une abstraction, c’est un vestige palpable du passé que nous ne supportons pas de voir disparaître. La civilisation s’incarne dans les choses.

A lire aussi: Alain Finkielkraut sur l’incendie de Notre-Dame

Nous ne sommes pas seulement des travailleurs et des consommateurs pour qui la vie est le souverain bien, nous sommes des habitants. Portés par l’idéal d’abondance, nous avons aussi besoin pour vivre humainement d’un monde. Qu’est-ce que le monde ? C’est, comme l’écrit Paul Ricœur, « l’ensemble des objets durables qui résistent à l’érosion du temps ». Et au moment de rebâtir l’édifice endommagé, la « start-up nation » redécouvre les métiers ancestraux : tailleur de pierre, maçon, charpentier, couvreur…

Notre-Dame 2024

Mais, pour que l’émotion qui nous étreint aujourd’hui soit

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite