Nicolas Hulot est déconfiné ! #LeTempsRetrouvé de la propagande écologiste aussi… Notre chroniqueuse note que l’ex-ministre, millionnaire, ne suit pas l’exemple de Bill Gates.


Le robinet d’eau tiède du catéchisme écolo coule à flot et sans modération depuis l’appel surmédiatisé de Nicolas Hulot, visiblement lassé d’être en vacances forcées. Pour son grand retour politique, l’ex-ministre démissionnaire de l’écologie est en pleine forme. C’est depuis sa résidence bretonne, située près de la Cité corsaire, qu’il lance le 6 mai sa campagne de mobilisation, baptisée « #LeTempsEstVenu ».

Danse avec les stars

On en était resté aux 66 propositions du Pacte du Pouvoir Vivre co-signé, en mars 2019, avec le patron de la CFDT, Laurent Berger.  Ce manifeste présenté, en toute modestie, comme un green new deal à la française visait à réconcilier justice écologique et justice sociale. Puis silence radio. Enfin, si on veut car notons tout de même que pendant les deux mois de confinement, la Fondation Hulot était bien sur le front sanitaire, non pas, comme on aurait pu l’imaginer, pour subventionner la fabrication de masques, de respirateurs ou encore de tests, mais pour promulguer une armada de conseils « bien-être » et pratiques pour survivre au confinement comme : créer « un bullet journal » des tâches ménagères ou encore danser ou cuisiner avec ses enfants !

A lire également: Les 5 impitoyables leçons sur la société post-coronavirus d’Erwan Seznec

Mais à quelques jours du déconfinement et à la reprise de l’activité, Nicolas Hulot reprend donc la parole, non pas pour exprimer une quelconque compassion face au bilan macabre du virus, mais pour présenter ses 100 principes et cinq propositions destinés à façonner le monde d’après qui sera, selon son utopie messianique, forcément meilleur que le monde d’avant.  

France inter, Brut et Le Monde en renfort

Dans une formidable blitzkrieg médiatique qui a l’air d’annoncer les prémisses d’une marche climatique sur l’Élysée, Nicolas Hulot instrumentalise la pandémie pour recycler ses vieilles lunes écologistes. 

A lire aussi: Le temps des collapsologues est arrivé

En à peine 48 heures, ont été mis à contribution les principaux canaux d’essoreuse à idées, de France Inter au quotidien de référence du soir. Mais c’est sur Brut, le site de vidéos virales à succès que Nicolas Hulot a choisi de démarrer sa campagne de com. 

Faire de ce média 100% digital, l’organe de diffusion névralgique de son slogan messianique « #LeTempsEstVenu  » n’est évidemment pas anodin. 

Comme tout bon communiquant, Hulot a privilégié un canal de diffusion fréquenté par la cible qu’il veut toucher : les millennials, cette génération qui ne peut pas survivre 24h sans faire un tour sur Insta, Tik tok et autres mouchards gafamesques, parés des atours sympathiques du ludisme virtuel, et qui s’imagine sauver le monde en jetant son yaourt dans la poubelle bleue. Brut tire son succès de ses vidéos formatées, aux messages simples à digérer, qui martèlent à coup de design pop art le « penser bien » d’intellectuels et d’activistes du changement. Il est pour le moins désopilant de voir ces militants du Grand Soir écologique et planétaire prêcher leur rhétorique collapsologiste et anticapitaliste, à la manière de la gourou à nattes, sur un média dopé financièrement par des fonds provenant de Artémis, la holding d’investissement de la famille Pinault. 

Les évangiles de Greta Thunberg

Quant au contenu de la campagne #LeTempsEstVenu, il suffit d’aller jeter un œil sur le site de la Fondation Hulot pour découvrir que tout est conçu comme un kit pratique de propagande, une sorte de « petit livre vert » qui liste les commandements rédempteurs capables de sauver les consciences qui seraient encore endormies dans le confort de la mondialisation libre échangiste. 

A lire aussi: « Jeunesses écologistes » : la marque de la bête?

« #LeTempsEstVenu de la lucidité…. #LeTempsEstVenu de transcender la peur en espoir… #LeTempsEstVenu de ne plus sacrifier le futur au présent … », toutes ces injonctions moralisatrices, aussi creuses que niaises, sont déclinées  avec le même concept créatif, très certainement pondu par des pubards, confinés chez eux, adeptes de Warhol et de Greta Thumberg. Chaque principe est ainsi illustré de la même façon : un aplat de couleur pop sur lequel sont inscrits, en haut le slogan messianique #LeTempsEstVenu, dans une typo street art, et en bas en guise de punchline, le commandement écologiste à évangéliser. « Agissez avec nous, diffusez ces messages pour mieux construire demain, dès aujourd’hui. » Cet impératif aurait pu se terminer aussi avec « … pour mieux construire l’après, dès maintenant » cela n’aurait pas changé grand chose. 

Depuis ce coup de com, toute la brochette des artistes à la conscience écologique marquetée et portée en bandoulière comme un sac Gucci, publie sur les réseaux sociaux leur photo montrant leur visage, bien sûr, au naturel accompagné de leur mantra personnalisé. 

Il apparaît donc que #LeTempsNeSoitToujoursPasVenu pour Nicolas Hulot de reléguer ce préchi-précha écolo dans les oubliettes du monde d’hier et d’endosser pour le monde de demain l’habit du véritable progressiste et humaniste qu’il désire être sans toutefois y parvenir. En effet, on aurait aimé que la Fondation Hulot prenne exemple, notamment, sur la philanthropie exemplaire de Bill Gates qui a engagé à travers sa Fondation 250 millions de dollars pour développer des tests, des traitements et financer la recherche de vaccin contre le Covid-19. #LeTempsEstVenu Nico de sortir ton blé !

Lire la suite