Ce qu’écrivait Guy de Maupassant à la « une » du Figaro (ce qui serait impensable aujourd’hui), tout Français devrait envisager:

1. La mort de ses enfants comme un soulagement;
2. Celle de ses parents comme un accroissement de son bien-être;
3. Et la sienne comme une délivrance qui désormais se nommera Triomphe Final.

De Maupassant, Jules Renard notait dans son journal (2 décembre 1906 ) :  » On pourrait dire de Maupassant qu’il est mort de peur. Le néant l’a affolé et tué. Il nous fournit par là un clef de l’angoisse ontologique de l’écrivain qui avait fait sienne cette pensée de Schopenhauer : on peut considérer notre vie comme un épisode qui trouble inutilement la béatitude et le repos du néant. « 

A lire aussi: Natsume Sôseki: quand le grand écrivain japonais visitait Londres

On me demande parfois pourquoi j’aime tant l’écrivain japonais Natsume Soseki. La réponse est pourtant simple : il était partisan de ce qu’il nommait la Plongée vers la Mort depuis le Comble de la Vie. Il estimait qu’il était préférable de périr dans une explosion d’énergie plutôt que de rater sa mort en la subissant dans l’effroi. Il disait qu’il faut se débarrasser de sa vie au moment précis où elle est au maximum de sa clarté, au faîte de sa réalité. Il avait tellement raison qu’il a raté le coche. Il mourra d’un ulcère de l’estomac dans d’atroces souffrances.

Imaginons un instant seulement avec le philosophe Philipp Meinländer que nous sommes les fragments d’un Dieu qui, à l’origine du temps, se détruisit, avide de ne pas être. L’histoire universelle serait l’obscure agonie de ces fragments. Une perspective abyssale.

A lire aussi: Bruno Bettelheim, charlatan des morgues

Au café Schopenhauer, à Vienne, Gemma Salem griffonne des notes qui deviendront un très beau livre qui porte pour titre:  Où sont ceux que ton cœur aime ?  La réponse est évidente :  » Il n’y a que sur les tombes que l’on sache aimer. »  On aperçoit fugitivement sa fragile silhouette sur les tombes de Franz Schubert et de Thomas Bernhard au cimetière de Grinzing. C’est là qu’elle veille sur ses deux amants tout en songeant que nos désirs s’endorment comme des enfants fatigués de jouer.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Roland Jaccard
Psychologue, écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste et éditeur suisseEssayiste, il se fait connaître en 1975 par L'exil intérieur, essai qui a marqué des générations de lecteurs. Romancier, il écrit Sugar Babies, Flirt en hiver, Une fille pour l'été. On lui doit également une trilogie autobiographique L'âme est un vaste pays, Des femmes disparaissent, ...
Lire la suite