Dans Voyage au bout des ruines libérales-libertaires, l’essayiste Matthieu Baumier livre un pamphlet contre la Modernité, dans lequel il prophétise l’effondrement des élites hors-sol mondialisées et le triomphe du réel auquel les peuples sont restés attachés. 


Le propre d’un pamphlet est d’être virulent, incisif et cinglant. Celui de Matthieu Baumier l’est assurément, et vous fouette parfois jusqu’au sang. Son titre, Voyage au bout des ruines libérales-libertaires, indique clairement qu’il s’agit d’un nouveau « Voyage au bout de la nuit », d’une errance ultime jusqu’aux confins des champs de ruines laissés par la Modernité, avant un renouveau dont l’auteur dit voir poindre les prémices.

Entreprise de démolition

Ces ruines dont il va falloir bientôt déblayer les décombres sont celles des chantiers entrepris par les Titans modernes dont la puissance, disait Ernst Jünger, n’a d’égale que l’aveuglement. C’est même là le seul « gros œuvre » que permet pour l’heure le nihilisme dont la Modernité est le nom à peine masqué. Par sa radicalité, cet essai devrait contribuer à ce déblaiement, d’autant que Matthieu Baumier a su s’entourer de compagnons de route suffisamment divers – Debord, Baudrillard, Bernanos, Heidegger – pour n’être pas suspecté de promouvoir une nouvelle idéologie totalitaire.

A lire aussi: « Le nouveau monde macroniste est tout fier d’être multiculturaliste »

Dans un pamphlet c’est d’ailleurs moins l’argumentation qui fait mouche que le repérage de la cible, et la justesse du coup tiré. Baumier est un excellent tireur, et il connaît si bien ses cibles qu’il peut se permettre, comme certains maîtres zen, de tirer parfois les yeux bandés, faisant ainsi du pamphlet un art chevaleresque et guerrier. Car il n’en est pas à son coup d’essai1 et la guerre, il l’a depuis longtemps déclarée à ce « monde d’âmes en ruines » qui est en train d’agoniser sous nos yeux. Mais on n’évacue pas les ruines d’un monde qui a fait de la dénonciation permanente un devoir civique, et de l’indignation une vertu, en s’empressant de lui renvoyer la balle quitte à devoir rentrer dans son jeu. C’est aujourd’hui le risque couru par toute démarche critique, que Baumier a su contourner en se contentant de cibler l’inadmissible – il n’avait que l’embarras du choix – tout en laissant le lecteur rétablir lui-même la Limite sans quoi nos sociétés se délitent.

« Le libéral-libertaire n’a pas d’adversaires, il n’a que des ennemis à abattre et ces ennemis sont nécessairement des gens de droite »

Or elles se délitent, et la responsabilité en incombe, selon Baumier, aux élites mondialisées ultra-libérales et libertaires dont les prévarications s’exercent depuis quelques décennies sur le peuple, méprisé lorsqu’il ne vote pas « bien » et n’adhère plus aux idéaux supposés républicains auxquels la réalité économique et sociale apporte un démenti quotidien. Aussi n’est-il plus suffisant de parler comme René Guénon d’une « crise du monde moderne » quand ce monde, qui n’en a sans doute jamais été un, est frappé d’une « immondisation » (Heidegger) touchant l’homme au plus profond de lui-même : « Une déréalisation de l’humain qui a largement précédé l’advenue de notre propre numérisation. » La « Société du Spectacle » n’est donc pas un accident de parcours dû à une erreur d’aiguillage ; elle est l’essence même de la Modernité abolissant le réel au profit de ses représentations, ou l’inversant dès lors qu’il se révèle gênant et qu’il résiste – c’est sa fonction selon Lacan – aux manipulations qu’on lui fait subir.

A lire aussi: Immigration, féminisme, écologie: le manuel de la bonne pensée

Les exemples ne manquent pas de ces inversions du réel qui renforcent la malfaisance du couple maudit formé par le Moderne et son double, entendez le « réactionnaire » dont l’éradication est d’autant plus difficile qu’il s’agit d’une figure extrêmement utile à qui veut contrecarrer toute velléité d’insubordination : « Le libéral-libertaire n’a pas d’adversaires, il n’a que des ennemis à abattre et ces ennemis sont nécessairement des gens de droite, donc d’extrême-droite, donc fascistes, donc nazis. » Les cibles, tout le monde les connaît sans oser pour autant les viser : déculturation de la France et faillite de l’école qui n’assure même plus la sécurité des élèves ; régression de certains quartiers qu’on dit pudiquement « défavorisés » vers des formes nouvelles de barbarie, et incohérence des libéraux-libertaires en matière d’immigration ; expérimentations sociétales aux effets imprévisibles associées à la théorie du genre, et utilisation raciale d’un antiracisme de propagande, etc. Rien de bien nouveau sous le soleil français en somme, si ce n’est la position singulière de l’auteur célébrant déjà l’advenue imminente d’un ordre plus humain. D’où tient-il une si belle assurance ?

La chute des élites et le retour des idées interdites

Les raisons de son optimisme sont simples : le réel finit toujours par l’emporter sur ses contrefaçons, et la réalité ne saurait être plus longtemps trafiquée sans tôt ou tard s’imposer. Le peuple a gardé par la force des choses le sens du réel, et finira donc par triompher des oligarchies mondialisées de plus en plus déréalisées. N’est-il pas d’ailleurs en train de se réveiller un peu partout en Europe et dans le monde ? La Modernité, cette aventure hasardeuse, n’est tout simplement plus viable, et une Contre-Modernité déjà s’annonce qui n’aura même plus besoin de se dire antimoderne. Pourquoi dès lors ne pas abandonner toute référence à une quelconque « modernité », se demande-t-on ? Mais par quel autre terme désigner cette ère future post-démocratique, tant l’idée de démocratie s’est elle aussi vidée de son sens à mesure que l’homme se déshumanisait ?

A lire aussi: « Le conservatisme semble sorti de l’ombre »

L’horizon envisagé par l’auteur est résolument « conservateur », au sens donné dans les années 1920 à ce terme par le poète Hugo von Hofmannsthal, initiateur d’une « révolution conservatrice » suivie par nombre de grands esprits de son temps. « Enracinement » n’est plus dans ce contexte un mot obscène dès lors qu’il s’agit de transmission et de culture, de respect de la langue et de « préférence civilisationnelle » dont Matthieu Baumier rappelle à juste titre que chaque peuple est en droit de l’affirmer sans encourir la réprobation. Claude Lévi-Strauss ne pensait pas autre chose, à une époque pas si lointaine où le dire était encore permis. Enfin et surtout, restauration du sens de la Limite – « ce qui fait sens dans le réel » – et donc des limites abolies par les libéraux-libertaires, décloisonnant à tout-va sans trop se préoccuper des conséquences de leur libéralité.

Matthieu Baumier est d’ores et déjà invité à nous faire part, le moment venu, de sa jubilation de poète face au monde nouveau qu’on espère, comme lui, voir sortir prochainement de ces ruines titanesques.

Lire la suite