Deux personnages célèbres de la littérature peuvent nous éclairer sur la crise du Covid-19


Moins utilisé dans notre sombre actualité que ce bon Dr Rieu dans La Peste ou le colonel des Hussards dans l’œuvre de Giono, il est deux personnages de la littérature dont le dialogue eût certainement enrichi nos débats sur la crise du Covid-19.

Mangeclous invente le confinement anti léonin 

Le premier est le héros du roman éponyme d’Albert Cohen, Mangeclous, grand manipulateur respecté au sein de la communauté juive de Céphalonie. Il répond à la terreur provoquée par une lionne avec la création de la Compagnie des Transports Anti Léonins et fait circuler tous les habitants du Ghetto dans des cages individuelles quand  l’animal circule, lui, librement. 

Sans doute Mangeclous eût-il apprécié à leur juste valeur nos mesures de confinement individuel et, au-delà, le florilège de mesures barrière énoncées par nos autorités sur les conseils avisés des experts du comité scientifique, bannissant ou renvoyant aux calendes la libre circulation des individus et ses fumeuses perspectives d’immunité de groupe.

A lire aussi: A l’hôpital, la crainte du retour à la normale

Exception fut faite aux soignants, autorisés à se jeter dans la fosse aux lions et qui, fort heureusement, en sortirent victorieux malgré une certaine économie des ressources savamment orchestrée depuis de nombreuses années. On retiendra également que certains d’entre eux, comme les membres du personnel de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris, combattants largement sollicités avec près de 5000 contaminés et trois décès hautement déplorables, auront démontré que l’on pouvait mener une existence hors cage en compagnie du monstre, que l’on pouvait même regagner le soir son domicile, sans s’exposer ni exposer les siens au risque d’une hécatombe.

Qu’importe, Mangeclous aurait sans doute une fois la crise dissipée, appelé de ses vœux la généralisation de l’entreprise par l’extension des cages à tous les autres fléaux naturels menaçant nos concitoyens. Partant du principe qu’un bon quart des quelques six cent mille décès enregistrés chaque année sont évitables et que les principes de surveillance sont aujourd’hui plus simples d’usage qu’une cage métallique, Mangeclous se serait réjoui de l’utilisation d’outils de tracking autorisant une stricte surveillance des consommations d’addictifs, le repérage précoce des idées suicidaires qui, ajouté au  contrôle du contenu des caddys et à l’interdiction formelle des chutes et autres accidents domestiques, nous assurerait enfin d’une existence sécurisée. 

Bartleby ou la résistance passive

Face à Mangeclous, le grand visionnaire troublant de modernité, la figure de Bartleby surgit d’une nouvelle d’Herman Melville. C’est un copiste ringard dans une étude notariale qui, après des années d’exécution docile, informe son employeur lorsque celui-ci le sollicite pour une nouvelle tâche ingrate qu’il « préférerait ne pas » la faire. Et d’ailleurs, il ne la fait pas. Il informe son interlocuteur en exprimant son refus de travailler et, plus tard, de sortir de l’étude où il dort avant d’être finalement renvoyé, son existence s’étant progressivement réduite à ce refus.

A lire ensuite: Dan Kavanagh ou le déclin de l’empire

I would prefer not to : c’est ce que Bartleby aurait répondu à cette injonction à la « bocalisation » sans fin ou à son extraction minutée par l’entremise d’une attestation comme un mot d’excuse faisant ressembler nos concitoyens à de pâles copies d’Antoine Doinel dans Les 400 coups. 

Bartleby n’est pas un révolutionnaire ni même un anarchiste. Il ne théorise rien, ne psychologise rien comme l’indique justement Deleuze. Son refus ne viendrait  même pas d’un savant calcul  visant à comparer son risque existentiel à celui encouru par une nation figée, aux millions d’enfants déscolarisés, aux patients qui succomberont peut-être par centaines ou par milliers d’autre chose que du Covid par peur du Covid et de l’hôpital, aux nouveaux précaires sociaux de demain qui seront les précaires médicaux du lendemain. Il songerait encore moins encore aux 100 millions de morts supplémentaires des effets de la famine annoncés par un rapport de l’ONU, aux femmes battues, aux vieillards abandonnés. Non, Bartleby se serait sans doute limité à offrir son corps et son esprit à la résistance, la résistance comme une simple propriété physique, une loi naturelle dont il semble que nous ayons perdu l’usage.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite