Dans La France d’hier (Stock, 2018), Jean-Pierre Le Goff dresse un tableau contrasté de Mai 68. Le monde adolescent émergent oscillait alors entre campagne et villes nouvelles, catholicisme de papa et individualisme, ordre traditionnel et société des loisirs. On aurait préféré que les révoltés de mai assument davantage le poids du vieux monde. 


Il y a vingt ans, Jean-Pierre Le Goff publiait l’une des plus pertinentes et des plus lucides analyses des événements qui ont secoué la France en mai 1968 et redessiné durablement son visage1. À l’époque de sa publication prédominait encore dans le récit qui en était fait une légende dorée, celle d’une extrême gauche qui aurait, fût-ce en accomplissant une révolution différente de celle qu’elle avait cru accomplir, modernisé positivement la société française, sous la forme de ce que l’on appellera plus tard le « gauchisme culturel ». Face à cette complaisante vulgate, Le Goff avait mis en évidence que l’héritage de Mai 68 comportait des limites, des contradictions et des aspects nihilistes qui rendaient impossible qu’on l’assumât en sa totalité. Cependant, depui

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite