Home Culture Les forces morales du soldat chrétien, de François-Josaphat Moreau


Les forces morales du soldat chrétien, de François-Josaphat Moreau

Un moine français et guerrier (1888-1944)

Les forces morales du soldat chrétien, de François-Josaphat Moreau

La plume virtuose d’un moine bénédictin patriote


L’histoire de France déborde de grands personnages, de destins héroïques ou tragiques, de trajectoires stupéfiantes et de réalisations humaines inspirantes. Même si leurs noms se perdent année après année, les plus célèbres continuent de se rappeler à nous et à moins d’être une âme vide et un cœur sec, il est bien difficile de ne pas vibrer lorsque claquent à nos oreilles les noms de Jeanne d’Arc, du Soldat inconnu ou de Bayard. Difficile aussi de ne pas se laisser envahir par le respect et par le silence lorsqu’on se remémore les grandes pages de notre histoire, les grands moments fondateurs qui sont autant de traits d’union entre ce que nous sommes et d’où nous venons.

François-Josaphat Moreau

Un religieux dans la Grande Guerre

Il y a aussi des personnages moins connus, loin des trônes et des manuels d’histoire, dont le passage sur la terre a pourtant été exemplaire. Pour retrouver la trace de ceux-là, il faut s’éloigner des librairies « grand public » et s’en aller plutôt chiner chez les bouquinistes. On trouve souvent chez eux des livres complètement oubliés, des auteurs inconnus ou des écrivains abandonnés par la postérité. Au nombre de ceux-là, il y a François-Josaphat Moreau. Son histoire à la fois si semblable de celle de tous les Français de son temps et pour autant si singulière est une leçon dans laquelle nous pouvons aujourd’hui puiser des forces. Ce bénédictin né à Châtellerault en 1881 a connu, comme français, les grands troubles nationaux, particulièrement la Grande guerre ; et comme religieux il a subi les persécutions que la République a trop souvent et trop longtemps dirigées contre les catholiques.

A lire aussi: L’abc d’A.D.G.

En 1901, la loi contre les congrégations le contraint à l’exil. Il poursuit et termine sa formation ecclésiastique à l’étranger, c’est-à-dire à l’abri des méchancetés inutiles du régime républicain. Il devient prêtre en 1910. Lorsque la guerre éclate en 1914, ce religieux patriote revient en France pour y servir à la fois la croix et le drapeau : mobilisé, il combat d’abord comme soldat et comme brancardier, et se signale d’ailleurs par sa bravoure au feu et par sa grande résistance aux épreuves. Après de graves blessures, notamment provoquées par l’inhalation de gaz toxiques, il officiera comme aumônier militaire pour le reste de la guerre. Parallèlement, François-Josaphat Moreau écrit sur son expérience : de sa fréquentation des combats, de son compagnonnage avec le peuple des tranchées, il tire des enseignements et des règles de vie. En 1917, il publie Les forces morales du soldat chrétien, petit texte lumineux qui est à la fois un manifeste en faveur du courage, de la bravoure, de l’engagement, de la charité, de la foi, du patriotisme, et un bilan de ce qu’il a vu à l’œuvre pendant les années de guerre.

Trois parties

Sa plume est virtuose, simple et accessible, trempée dans l’encre de cette époque bénie de l’instruction scolaire où les gens lettrés savaient écrire et respecter la belle, la riche langue française. Le livre est découpé en trois parties : dans la première, il décrit les contours de l’idéal à conquérir, dans la deuxième il énumère les obstacles (les faiblesses humaines ; l’orgueil, le découragement, la peur, la paresse, etc.) qui peuvent nous empêcher de tendre avec succès vers cet idéal ; et dans la troisième partie il convoque les principales forces qu’il faut mobiliser pour franchir ces obstacles. Moreau ne parle pas de nulle part : sa connaissance des faiblesses humaines lui vient entre autres de son expérience religieuse, des confessions qu’il a entendues, des âmes blessées qu’il a réparées, de la misère et de la difficulté que l’on côtoie au quotidien lorsqu’on a fait profession d’aider les hommes. Son expérience de la guerre et des combats, son tempérament, son caractère, son idéal de service viennent renforcer chez cet homme la connaissance déjà large et précise qu’il avait des hommes.

Grâce à la réunion de tout ce savoir, Les forces morales du soldat chrétien, qui s’adresse et décrit en même temps ce que doit être l’attitude d’un chrétien, celle d’un Français, celle d’un soldat et, finalement, celle d’un soldat français chrétien, redonne au lecteur de notre temps la foi, l’espérance, l’espoir, l’énergie qui lui manquent dans un monde où tout est fait pour le faire tomber dans le nihilisme et la résignation.

Et comme souvent avec les textes qui élèvent l’âme et vivifient le cœur, celui-là est intemporel. Publié en 1917, il paraît pourtant avoir été écrit pour nous tant les épreuves que nous rencontrons et les moyens de les supporter se ressemblent génération après génération. Nous avons sans doute tous beaucoup à gagner d’une telle lecture.


Ce livre est aujourd’hui réédité pour la première fois depuis 1917, par La délégation des siècles, disponible uniquement sur son site.

Les forces morales du soldat chrétien

Price: 9,00 €

1 used & new available from 9,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pourquoi Kyle Rittenhouse est ressorti libre du tribunal
Next article Guillaume Meurice ricane de nous voir crever
Auteur, éditeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération