Home Brèves Les « Nanars » à l’honneur à la Cinémathèque !


Les « Nanars » à l’honneur à la Cinémathèque !

Quand il a lancé la « Cinémathèque » au milieu des années 30, l’opulent Henri Langlois aurait-il imaginé que son institution – plus de 70 ans après sa fondation – proposerait aux amoureux de cinéma des soirées thématiques facétieuses et interlopes dédiées aux « mauvais films sympathiques », autrement appelés « Nanars »… C’est pourtant ce qui va se passer tout bientôt à l’occasion d’une fracassante « 8ème Nuit excentrique » , avec la collaboration du site Nanarland.com, et pour le plus grand bonheur des cinéphiles authentiques, le 31 mars prochain dans le sublime édifice dessiné par l’architecte Frank Gehry, en plein parc de Bercy, Paris, face à la BNF, sur les rives de Sa Majesté la Seine.

Entrons dans le détail. D’abord aimez-vous Hitler ? Qui n’aime pas Hitler au cinéma ? L’improbable long-métrage de Philippe Clair, de 1974, Le Führer en folie vous fera découvrir Satanas sous un angle nouveau. Le comédien et fantaisiste, Henri Tisot, habitué des imitations de cabaret du Général de Gaulle, endosse le costume nazi sans complexe, et – avec la complicité criminelle d’Alice Sapritch, de Patrick Topaloff, de Luis Régo et de Michel Galabru – nous démontre qu’il est possible de rire de tout avec n’importe qui, n’importe comment, même mal, et de n’importe quoi. Le pitch parle de lui- À la suite d’un malentendu, Adolf Hitler engage trois soldats français qu’il pense être des sportifs professionnels. Ils sont contraints de jouer contre leur propre pays, alors même qu’un match de football va décider de l’issue de la Seconde Guerre mondiale. » Là on pense, les yeux plein de larmes, au mystérieux producteur qui – entendant ça – a dit : « Banco, j’achète ! »

Une nuit « Nanar » au cours de laquelle il nous sera donné, également, de voir l’immortelle Ilsa, gardienne du harem de Don Edmonds, 1978. Sombre histoire – lourdement connotée sexuellement – de traite de blanches… « Ilsa travaille pour un Sheik arabe en l’aidant à importer des jeunes femmes pour les transformer en véritables esclaves sexuelles. Mais l’intrépide Adam (joué par l’immortel et complètement… nul… Max Thayer) veille. » Deux stimulantes valeurs sûres du Nanar, qui seront accompagnées par deux charmants longs-métrages, dont il ne faudrait pas négliger le potentiel indirectement comique… Le Sadique à la tronçonneuse de Juan Piquer Simón, 1983 : « Boston, 1942. Un jeune garçon décapite sa mère après une dispute. Quarante ans plus tard, des meurtres abjects sont commis dans une université. Des femmes sont, en effet, découpées en petits morceaux. » C’est à la minceur des épluchures que l’on reconnait la grandeur des nations, comme disait Jacques Brel. On se délectera aussi du Gang des crapules (Ninja in Action) de Godfrey Ho, 1989. Une délicieusement poussive histoire de ninja – les histoires de ninja sont toujours particulièrement jouissives… – qui rendra cette 8ème nuit Excentrique bien plus belle, encore, que vos jours…

On se dépêche car les billets sont en vente dès le samedi 3 mars sur le site web de la Cinémathèque, et sur place ! On précise, au surplus, que des sandwichs et des boissons seront en vente sur place durant toute la nuit. Et qu’il n’est pas impossible qu’à travers la célébration des « mauvais films sympathiques » vous accédiez à l’amour vrai d’un certain cinéma.

C’est vous qui voyez.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Ballade des demoiselles du temps jadis
Next article La faune du Flore
Il est l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération