Dans sa forme actuelle, le féminisme officiel est, à grandes lignes, un ressassement désuet de tout ce qui a déjà été dit il y a quarante ans. Il dispose d’une presse amicale et nourrit la doxa ambiante de revendications attendues. Porté par des associations ayant pignon sur rue, ce féminisme autorisé emprunte les mêmes postures qu’à la grande époque, prend les mêmes intonations, mais sans plus le moindre allant. Il est routinier et n’enregistre plus aucun résultat depuis de très nombreuses années.

Un féminisme consanguin

L’homogénéité sociologique du milieu associatif dans lequel ses militantes évoluent, et qui détermine et organise ce qu’elles croient être les priorités du combat féministe contemporain, n’est jamais interrogée. Nous avons affaire à une très grande majorité de femmes blanches, cheveux courts, plutôt non maquillées, mangeant bio, dont le compagnon fait la vaisselle un jour sur deux. Elles sont bien éduquées, toujours bien intentionnées et, pour l’essentiel, bien insérées professionnellement. Une toute petite catégorie de femmes, dans les faits, est en charge du féminisme français depuis plus de vingt ans.

Ainsi, peu ou prou, leur mât de cocagne se résume à une bataille pour la suppression de la mention « Mademoiselle » des formulaires administratifs, le droit d’habiller sa petite fille en bleu et la parité dans les conseils d’administration des entreprises du CAC 40. Voilà. C’est à peu près tout. On parle souvent d’égalité salariale mais on ne fait qu’en parler. Pas le début d’une idée pour l’imposer. Cette revendication a d’ailleurs pris l’allure inoffensive d’une litanie. Une certaine mollesse, bien mystérieuse, qui joue la résignation sur cette question, devrait faire débat. La dénonciation du harcèlement de rue se fait enfin plutôt prudemment, sur un mode pudique. C’est qu’elle pourrait verser rapidement dans le politiquement incorrect, pour peu que l’on cerne explicitement le profil des harceleurs.

Ce féminisme, très préoccupé de questions symboliques, ignore, et depuis longtemps, le sort des femmes pauvres ou isolées. Ce n’est même pas une question pour lui. Il se préoccupe très peu du maillage des crèches hors des grandes villes, à la campagne par exemple, et se couvre les yeux quand on lui parle des milliers de femmes voilées. Il est pétri de relativisme culturel, obsédé par le signe, les dominations invisibles, la théorie du genre et les parités institutionnelles. C’est un féminisme de croisière, de classes moyennes bien-pensantes. Un féminisme qui voudrait certes bien faire, mais qui ne voit midi qu’à sa porte, la porte d’un immeuble du centre-ville. C’est un féminisme intramuros. Abstrait, théorisant, se voulant l’héritier du féminisme d’antan, il est usé à force d’être trop bien rodé. À bien des égards, pour un peu tout le monde, il en est même devenu folklorique.

Un féminisme intramuros

Ignoré de ce féminisme, à la périphérie de la société tout entière, un autre féminisme, presque clandestin médiatiquement, et passablement désorganisé, existe tant bien que mal depuis plusieurs années, et affronte des problèmes bien plus rudes. Il est porté par des femmes qui vivent loin, dans des tours et qui sont d’origine quelque chose. Ce féminisme-là, ce féminisme de banlieue, est tout bonnement ignoré par le féminisme de souche. Il ne s’agit pas seulement d’une indifférence polie mais d’un abandon en rase campagne.

Presque systématiquement, le féminisme de souche prend officiellement le contre-pied des revendications du féminisme de banlieue. Ainsi quand les féministes de banlieue supplient pour que la laïcité soit davantage respectée et imposée dans les quartiers, le féminisme de souche croit de son devoir de défendre dans sa presse et sur ses ondes la liberté des femmes de se voiler. Quand les féministes de banlieue remettent en cause l’éducation des fils d’immigrés et le mépris de la femme qui leur est inculqué dans les familles, les féministes de souche balaient cette question et le problème du harcèlement de rue reste à leurs yeux un vice de la population masculine dans son ensemble. Tout viendrait du trop grand nombre de figurines de Batman offertes à Noël aux petits Paul, Vincent et Sébastien. Seules face au rouleau compresseur intégriste, les féministes de banlieue sont sacrifiées sur l’autel d’une hypocrisie froussarde.

Un féminisme du dimanche

La notion de courage politique est au cœur de cette dissonance. Le féminisme de souche a de petits bras. Aucun courage n’est en effet nécessaire pour aller manifester sous les fenêtres du siège social de Saint-Gobain ou pour lancer des pétitions internet sur la féminisation des mots. Disposant de temps libre, le féminisme de souche frissonne à peu de frais, en s’affublant de barbes postiches pour débouler dans les couloirs du Théâtre de l’Odéon. Régulièrement, il se fend d’un manifeste signé par moultes actrices et personnalités, publié bien sûr dans Libération, qui retrace dans le ciel des idées, au même endroit exactement, le cercle de la vertu. Drôle de guerre, distrayante, menée par des militantes du dimanche.

Passé le périphérique, le courage extrême en revanche est de mise. Le courage de celles qui se coltinent les barbus, les vrais, face à face, ou dénoncent, sur place, la mise sous coupe réglée de quartiers entiers par le salafisme. Quartiers dans lesquels les femmes ne peuvent plus s’asseoir dans les cafés ou porter une jupe. Quartiers dans lesquels les filles sont convaincues explicitement par leur entourage de l’infériorité de leur statut métaphysique, avec force arguments religieux, et mandales dans la gueule quand ça ne suffit pas. La véritable offensive d’une phallocratie conquérante a lieu sur ce front aujourd’hui. Mais – pour dire les choses comme elles sont – il existe pour nos féministes de souche deux mondes de femmes, distincts, deux populations de femmes en France, qui ne peuvent – on se demande pourquoi – prétendre aux mêmes libertés.

La jonction ne s’est jamais faite entre les filles et les petites-filles des premières féministes françaises et les militantes féministes de banlieues, fraîchement révoltées et issues de l’immigration. Les premières ne fréquentent pas les secondes. Elle ne les connaissent pas, les ignorent, et tiennent absolument à continuer de les ignorer. Plus que tout, elle méprisent leur réalité. Les unes s’attaquent aux symboles de l’oppression patriarcale de l’homme blanc, encore et toujours. Les autres subissent l’oppression patriarcale en acte des Frères musulmans… mais c’est leur affaire après tout ! Les unes engueulent leur Jules parce qu’il laisse traîner ses chaussettes dans l’appartement. Les autres sont mariées de force au bled à seize ans. Rien à voir.

L’exception Femen

Hormis le mouvement Femen, qui est le seul à faire preuve de bravoure, avec le désordre et la violence de toute bravoure, mais qui sauve, techniquement, depuis plusieurs années, l’honneur du féminisme français, l’immense majorité des associations féministes en France ne pratique qu’un simulacre de combat féministe, à destination d’une société du spectacle et de la bonne conscience qui se nourrit seulement de leur rhétorique. C’est un théâtre, une scène où l’on vient chercher un brevet de femme libérée pour pas cher, un dada culturel d’occidentale conscientisée, souvent à l’abri de tout, et en tout cas du pire. C’est une mascarade à l’usage d’une société blanche nostalgique de l’effervescence des années 70.

Un féminisme de classe

L’abandon à leur sort, par les féministes de souche, des féministes issues de l’immigration, n’est pas uniquement la conséquence d’un éloignement géographique, sociologique ou culturel. Il est une des variantes d’une lutte des classes classique, livrée ici au sein de la population des femmes françaises. Une lutte que se mènent les femmes entre elles.

Que l’immense majorité des militantes féministes de souche renvoie depuis des décennies maintenant les féministes de banlieue à leur isolement constitue à lui seul un cas d’école dans l’histoire du combat que tous les privilégiés mène contre tous les déshérités. Une relégation est ici à l’oeuvre. Comme l’ouvrière il y a quarante ans, le sort de la pauvresse de banlieue fait plus qu’indifférer la féministe déjà émancipée, la féministe embourgeoisée. Il la conforte secrètement dans le miroir qu’elle se tend à elle-même de femme libérée.

Au début du siècle, les femmes de banquiers conduisaient de grosses cylindrées, à tambour battant, sur les routes ensoleillées de la Riviera. Ceci cinquante ans avant que les autres femmes aient simplement l’opportunité de passer le permis. Au plaisir de sentir le vent tiède de la côte d’Azur les décoiffer et faire s’envoler leur carré Hermès devait s’ajouter une satisfaction mesquine : celle d’avoir été plus maline que leurs semblables, d’avoir su tirer leur épingle du jeu. La féministe de souche n’épouse pas les luttes de la féministe de banlieue parce qu’elle méprise, au fond, toutes ces oies encore soumises, toutes ces idiotes qui n’ont pas l’énergie de se libérer ou le bon goût de l’être déjà. Chez la féministe de souche, l’orgueil est dédaigneux. C’est qu’elle s’imagine avoir plus de mérite que l’habitante infortunée des cités.

Un féminisme post-colonial

Mais le féminisme de souche, blanc et sclérosé, soutenu par une large classe moyenne bien-pensante, n’est pas seulement un corpus idéologique embourgeoisé. C’est aussi le prolongement d’une arrogance coloniale, pourtant si souvent dénoncée dans ses rangs. L’égalité homme-femme pour la blanche de souche, mais la soumission, tolérable, compréhensible, si exotique, si pittoresque, pour l’indigène récemment débarquée des colonies.

Une indigène avec laquelle aucune communauté de destin n’est envisagée, aucune solidarité théorique ou actée, ni hier, ni maintenant, ni jamais. Là encore, l’entre-soi impose sa loi, un entre-soi ethnique grimé en multiculturalisme tolérant. Chacune chez soi et les vaches seront bien gardées. Le relent colonial, ce fameux relent qui emplit la bouche de tant de gens irréprochables, il me saute aux yeux chez celles qui encouragent l’assignation des femmes de banlieue à leurs moeurs d’origine, comme on parle de langues et cultures d’origine. Beaucoup de celles qui justifient des rapports de domination dont elles n’ont pas à souffrir, mais qui pèsent sans ménagement sur des femmes sans défense, portent un faux nez, le faux nez de la tolérance.

Le féminisme de souche est multiculturaliste parce qu’il est, en profondeur, ségrégationniste. Il faudrait que les féministes de souches reconnaissent les femmes de banlieue comme leur égales, leurs soeurs, leurs amies à la rigueur, pour qu’elles envisagent de les défendre. Or ce n’est pas le cas. Les représentations post-coloniales sapent chez la féministe de souche le moindre élan, même timide, de solidarité avec la fatma en tchador et l’africaine à doudous. L’indigène est un bon sauvage, et sa femelle est à coup sûr heureuse de le servir docilement. Ne nous en mêlons pas. Ces femmes à l’évidence ne sont pas comme nous. Elles appartiennent à une autre race de femmes. Laissons-les régler leurs affaires entre eux.

Un féminisme indigne de son combat

Si l’on considère que l’égalité homme-femme n’est pas un principe universel, mais une spécificité, une création propre aux sociétés occidentales, au même titre que le hula hoop ou le camembert au lait cru, alors il est logique que les acquis des luttes féministes soient réservés aux femmes occidentales. Voici le raisonnement actuel du féminisme de souche. Il a renoncé, sans le dire à personne, à la portée universelle de l’impératif d’égalité homme-femme.

Si en revanche l’égalité hommes-femmes est un principe universel, alors ce principe est supérieur, par définition, à l’argument des coutumes ou des traditions, ainsi qu’à celui des religions. Tout relativisme culturel est impossible en regard d’un principe universel. Entre féminisme et multiculturalisme, il faut choisir.

Je crois pour ma part que l’égalité hommes-femmes est un principe universel, qu’il s’agit de défendre à l’échelle de l’humanité tout entière. Ce n’est pas un simple luxe d’occidentales. Tant que le féminisme de souche réservera à la défense des droits des blanches sa vindicte, parce qu’il ne se définit lui-même comme légitime que dans sa sphère culturel d’origine, il restera indigne de son combat. Et il laissera sur le côté bien des Françaises qui auraient besoin de son appui. S’il se décide enfin à se (re)penser comme un principe universel, et vient au secours de toutes les femmes opprimées parce que femmes, il pourra sortir de l’éther pathétique dans lequel il barbotte depuis des décennies. Il pourra alors se faire à nouveau le fer de lance puissant de l’idéal d’égalité entre les sexes.

Les féministes de souche inquiètes des dysfonctionnements patents de leur lutte devraient décrocher leur téléphone et appeler les féministes de banlieue, afin de faire leur connaissance, tout bêtement. Il faut briser ce mur géographique, sociologique et culturel immense, haut, ancien, qui isole les femmes des quartiers de leurs concitoyennes des centre-villes. Il faut défragmenter la sociologie du militantisme féministe, organiser un front unique, commun, pour que la lutte produise à nouveau des résultats utiles, réels, tangibles. Le sort des femmes de notre pays dépend de cet effort. Seules les militantes actives des centre-villes peuvent agir ici, opérer une révolution, pour peu qu’elles remettent en cause la portée, le périmètre de leur lutte et qu’elles s’interrogent sur l’étendue de leur solidarité.

Enfin, si un grand travail de rescousse en direction de toutes les féministes de banlieue est à entreprendre, il faut tendre aussi la main aux féministes du Maghreb, d’Afrique noire, à toutes les féministes en somme, sans distinction d’origine, de race ou de religion. Seul un féminisme qui assume son universalité et organise la diversité de ses troupes pourra à nouveau agir efficacement.

Addendum

Je prie les militantes féministes spécialisées dans les inquisitions de ne pas perdre trop de temps à m’agonir. Qu’elles me fassent grâce des anathèmes automatiques qui leur viennent sans réfléchir dès que le titulaire d’un pénis se mêle de leurs affaires. Je veux leur dire ici que si j’ai effectivement un pénis, il ne m’empêche pas de penser, il ne fait pas de moi un être mal intentionné, un demeuré ou un dominant sournois. En fait il m’a permis d’avoir une fille, que j’aime et qui m’aime, et que j’aimerais voir grandir dans une société harmonieuse et égalitaire. Aucune autre raison ne m’a poussé à écrire ce texte.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager