Depuis son entrée dans l’euro, l’Italie s’enfonce dans la récession et creuse sa dette publique. Entravée par les cures d’austérité successives, la faible croissance italienne ne peut résorber les déficits. D’autant que Rome ne peut compter sur la mutualisation de sa dette.


Emmanuel Macron, meilleur anglophone que votre serviteur, aurait gagné à lire l’article qu’un chroniqueur du Financial Times a récemment consacré à la dette publique italienne. John Plender résume en deux phrases quarante années d’histoire de notre voisine. « J’avais coutume de dire dans les années 1980 que l’Italie était une bonne économie entravée par un État inopérant. Aujourd’hui, la troisième économie de la zone euro est faible et entravée par une union monétaire dont l’impact est clairement néfaste. » On subodore que John Plender n’est pas un de ces journalistes ravis de la crèche européenne.

Une dette supérieure à 130 % du PIB, la deuxième de la zone euro

L’auteur souligne que le revenu par tête en Italie est aujourd’hui inférieur à ce qu’il était au moment de la création de l’euro et rappelle que les dirigeants politiques ont joué constamment le jeu de l’austérité budgétaire imposée par Bruxelles, au point de réalis

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Ete 2018 - Causeur #59

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite