L’islamophobie est un mot employé à tort et à travers par ceux qui ne se posent pas une question importante: vaut-il mieux être musulman en France, ou mécréant en terre d’islam ? 


Lieu commun parmi les lieux communs, pour nombre d’adeptes de la bien-pensance, de l’extrême-gauche à l’association CoeXisTer en passant par tout ce que notre pays compte de tenants du politiquement correct, la cause est entendue: la France serait structurellement, monstrueusement, désespérément I-SLA-MO-PHO-BE ! Et bien sûr, le fait même que, parfois, certains se demandent pourquoi tant de crimes atroces de par le monde sont commis au nom de la religion de paix et de tolérance (dont les adeptes sont évidemment tous sans exception les incarnations d’une diversité qui, rappelons-le, est une chance pour la France) ne fait que prouver cette insoutenable islamophobie.

À lire aussi, Barbara Lefebvre: Islamophobie: une arme de propagande massive

Eh bien soit ! Cessons de lutter, et admettons-le comme un postulat: la France est islamophobe. Et l’islam est évidemment une religion de paix et de tolérance, et même la religion de paix et de tolérance par excellence. Imaginer le contraire serait déjà islamophobe, une très vilaine pensée.

Nous, Français, confrontés à nos insuffisances et en l’occurrence à notre manque d’ouverture à l’autre – pardon, à l’Autre – à notre manque de tolérance, devrions dès lors prendre exemple sur cette diversité qui nous enrichit tant, et apprendre. Traitons donc les musulmans de la manière dont la charia enseigne qu’il faut traiter les non-musulmans ! Non ? Attention, refuser cette proposition serait sous-entendre que l’attitude de l’islam serait problématique : alerte islamophobie, vilaine pensée.

Mohammed Ben Salmane en visite à Alger, 2 décembre 2018. © RYAD KRAMDI / AFP
Mohammed Ben Salmane en visite à Alger, 2 décembre 2018. ©

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite