Pour débloquer une situation inquiétante (la non-intégration de nombreux musulmans à la société française), on a chargé Jean-Pierre Chevènement de ranimer, avec l’apport de fonds publics, une Fondation de l’islam de France en panne. Cette initiative répond à l’appel (dans Le Journal du dimanche du 31 juillet) d’une quarantaine de musulmans (de croyance ou de culture) qui ne sont pas des responsables religieux mais se sont fait une place dans la politique, la culture ou les affaires. Les commentaires qu’a suscités leur initiative montrent qu’après la série d’attentats et la crispation sécuritaire, le besoin est ressenti d’actions positives vers « l’inconnu dans la maison » qu’est chez nous l’islam. On peut se demander néanmoins si ce qu’on engage correspond vraiment à l’objectif de surmonter la séparation hostile entre une socialité musulmane oppositionnelle et une majorité excédée, donc entre deux postures qui, depuis des décennies, s’exaspèrent mutuellement.

Le cultuel et le culturel

Le projet actuel, selon Bernard Cazeneuve (La Croix du 29 août), est à deux faces. Une fondation « laïque, reconnue d’utilité publique [soutiendrait] des projets dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’engagement des jeunes », de l’islamologie et même de la « formation profane des imams ». En parallèle, une « association cultuelle », dirigée par des religieux, aurait vocation à « centraliser les financements nationaux » pour la construction de mosquées et la formation théologique des imams. Cette double institutionnalisation, le culturel d’un côté, le cultuel de l’autre, donnerait de l’islam une représentation plus complexe en y faisant intervenir des notables laïcs. On peut cependant se demander comment cette transposition d’un séparatisme souvent confondu avec la laïcité pourrait mettre en mouvement une religion où la pratique est le plus souvent indépendante de la réflexion spirituelle et théologique. Le développement de l’islamologie et de la théologie musulmane correspond-il aux besoins et aux désirs de la masse ?  

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager