C’est entendu, ce documentaire est un tissu d’âneries conspirationnistes. Toutefois, on a le droit de regretter qu’il soit désormais censuré par les grandes plates-formes. Et le devoir de s’interroger sur les raisons de son succès. 


Le 25 octobre, un ancien secrétaire général du gouvernorat de la Cité du Vatican et nonce apostolique à Washington, le cardinal Carlo Maria Viganò, a écrit à Donald Trump pour l’avertir de l’existence d’un complot mondial : la « Grande Réinitialisation », ou « Great Reset » en anglais, viserait l’asservissement de la plupart des habitants de la terre à une élite incarnant les forces du Mal. La présentation de cette lettre constitue la dernière séquence du film documentaire, Hold-up : retour sur un chaos qui, sous prétexte d’aborder les défaillances dans la gestion de la crise pandémique, livre le récit d’une conspiration sinistre. La lettre de Son Éminence, aujourd’hui âgé de 79 ans et visiblement obsédé par l’imminence d’une apocalypse biblique, est affichée à l’écran tandis que, sur un fond sonore dramatique, des extraits sont lus par une voix off soulignant la fiabilité du jugement cardinalesque et suggérant qu’il est urgent de faire quelque chose, sans préciser quoi. C’est ainsi que le film exploite des critiques sans doute légitimes de nos institutions gouvernementales et scientifiques pour étayer la thèse selon laquelle le confinement et le Covid lui-même font partie d’un grand projet du Forum économique mondial pour exterminer une partie de la population de la terre, jugée inutile, et réduire le reste en esclavage. Cette théorie circulait déjà depuis un certain temps sur les réseaux sociaux où elle avait tendance à fusionner avec la thèse du célèbre QAnon, selon laquelle Donald Trump mènerait une guerre clandestine contre un réseau global de pédophiles sataniques. C’est d’ailleurs le 30 octobre, quand le « Q » qui serait à l’origine de cette théorie a relayé la lettre du cardinal à ses propres disciples, que la Toile s’est enflammée, faisant de Son Éminence le saint patron des internautes paranoïaques. Nous pouvons rendre grâce à Hold-up pour une chose : cette rencontre entre scepticisme légitime et délire conspirationniste constitue désormais un cas d’école en trois leçons.

La nostalgie de l’autorité

Le succès – véritable succès de scandale – du film, sorti le 11 novembre, a été impressionnant. En à peine quelques heures, Hold-up cumulait un nombre record de vues sur les plates-formes de streaming, affichant une exposition potentielle de plus de 8 millions de personnes. L’engouement pour ce type de récit, qui fait contrepoids au discours officiel, est tout à fait typique de cette démocratisation de la parole sur internet, qui permet au quidam de s’ériger en expert et de répandre ses propres opinions au nez et à la barbe des médias conventionnels, des spécialistes scientifiques et des représentants de l’État.

Le complotisme est une forme exacerbée de ces fake news dont la ci

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2020 – Causeur #85

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite