Home Politique Qualifier son clip d’«ignoble», c’est verser dans l’anti-zemmourisme primaire


Qualifier son clip d’«ignoble», c’est verser dans l’anti-zemmourisme primaire

Zemmour : le "petit Juif berbère" contre les barbares

Qualifier son clip d’«ignoble», c’est verser dans l’anti-zemmourisme primaire
Capture d'écran YouTube

Après le meeting de Villepinte, trois réflexions sur la démonisation et la reductio ad hitlerum d’Eric Zemmour.


À ceux qui sont censés lutter contre le Diable, tout est permis. Et le Diable n’a plus qu’un visage : le “fascisme”. Pierre-André Taguieff (Du Diable en politique, Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire).

Un premier meeting réussi

La “mue” du candidat Zemmour a bien eu lieu. Le journaliste – que de nombreux médias s’obstinent à qualifier de “polémiste d’extrême-droite” – a réussi sa transformation en candidat officiel, et sa prestation à Villepinte, sa prestance, sa posture et son discours étaient bien ceux d’un candidat à l’élection présidentielle et d’un homme politique. N’en déplaise aux médias de gauche, qui ont fait leurs choux gras de quelques incidents ayant émaillé la journée, celle-ci était de l’avis de tous les observateurs impartiaux, une réussite. Bien entendu, cela ne va pas modifier fondamentalement l’attitude de la plupart des médias et des commentateurs politiques en France, qui s’en tiennent au discours convenu, celui de l’anti-zemmourisme primaire.

Celui-ci a atteint de nouveaux sommets de ridicule et d’emphase ces derniers jours. Ainsi, quand le ministre Darmanin qualifie d’ignoble le clip vidéo de campagne de Zemmour, il montre que le sens des mots s’est dévalué, au point qu’ils ne veulent plus dire grand-chose (dans sa bouche en tout cas). J’ai eu beau visionner plusieurs fois cette vidéo, je m’interroge toujours sur ce qu’on peut y trouver d’ignoble, c’est-à-dire, au sens propre, de “moralement bas” ou “d’une laideur affreuse”… Sauf peut-être les images de ces voyous encagoulés, attaquant des passants dans la rue et de cet “ensauvagement” de la société française depuis plusieurs décennies.

Les deux France d’Éric Zemmour

Le pari politique d’Éric Zemmour, celui de réunir au sein de sa base électorale deux France qui s’ignorent et qui n’ont pas beaucoup en commun : celle des “petits Français blancs” victimes du “Grand Remplacement” et du “Grand Déclassement” – pour reprendre sa terminologie – et celle de la bourgeoisie catholique traditionnelle, est loin d’être gagné. Les représentants de cette seconde France étaient apparemment plus nombreux à Villepinte que ceux de la première. De la réussite de ce pari dépend grandement la réussite électorale du parti d’Éric Zemmour, qu’il est difficile de prévoir aujourd’hui.

A lire aussi, Laurence Trochu: “Eric Zemmour s’est engagé à remettre en cause la PMA sans père, mais la loi Taubira n’est pas une priorité”

Mais il est certain que les grands thèmes de sa campagne, égrenés dans son « Serment de Villepinte », sont chers à la fois aux membres de cette première France et à ceux de la seconde. Car tous sont attachés à l’histoire et à la grandeur passée de leur pays, qu’ils souhaitent voir restaurer, pour des raisons parfois différentes. Que le rassembleur de ces deux France soit un “petit Juif berbère” (selon l’expression de l’intéressé lui-même) est une ironie de l’Histoire, qui fait penser au mot fameux prêté au général De Gaulle, “à Londres, j’attendais la France des églises, j’ai vu venir celle des synagogues”.

Insensibilité et fausse érudition

Il y avait plusieurs moments d’émotion palpable dans le discours d’Éric Zemmour à Villepinte. Celui où il évoquait ses parents, et surtout sa mère, qui lui a inculqué l’amour de la France et de son histoire. Bien entendu, c’était un discours politique, mené de main de maître par un homme qui pratique les médias depuis plusieurs décennies et qui sait manier le langage. Mais c’était aussi un discours de sincérité ; la profession de foi de quelqu’un qui, comme il l’a expliqué de manière convaincante, ne serait jamais entré dans l’arène politique, s’il n’avait éprouvé le sentiment d’une urgence. Et l’urgence, c’est bien celle de redresser et de “sauver” la France, n’en déplaise aux éditorialistes de Libération et du Monde.

Ceux qui scrutent la moindre phrase d’Eric Zemmour pour déterminer avec une fausse érudition si elle est plutôt “maurassienne” ou plutôt “barrésienne”, montrent qu’ils n’ont rien compris aux vrais sujets qui préoccupent la grande majorité des Français. Car le discours de Villepinte n’était pas tourné vers le passé et vers la nostalgie d’une France disparue, mais bien vers l’avenir. Et à cet égard, comme l’a dit Alain Finkielkraut, on peut ne pas partager les références littéraires ou politiques d’Eric Zemmour, mais on ne peut rester insensible au constat qu’il fait, d’une France en déclin et en danger.

Du diable en politique. Réflexions sur l'antilepénisme ordinaire

Price: 22,00 €

25 used & new available from 5,81 €

La trahison des clercs d'Israël

Price: 15,00 €

6 used & new available from 1,55 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article La Guillotière, La Duchère: où sont les hommes?
Next article Sharunas Bartas: tragédie âpre d’une guerre oubliée

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération