Quantcast
Home Culture Sharunas Bartas: tragédie âpre d’une guerre oubliée


Sharunas Bartas: tragédie âpre d’une guerre oubliée

Au Crépuscule, un film poignant de Sharunas Bartas sur la Lituanie de 1948

Sharunas Bartas: tragédie âpre d’une guerre oubliée
"Au crépuscule", film de Sharunas Bartas (2021) © SHELLAC

« Au crépuscule », le dernier film du cinéaste lituanien est un des plus beaux films de l’année


Sharunas Bartas est un cinéaste lituanien assez peu connu du grand public français. Il a pourtant réalisé plusieurs longs-métrages de fiction et documentaires qui ont reçu des prix dans les festivals de cinéma internationaux, en particulier les magnifiques « Trois Jours » (1991), « Corridor » (1994), « Few of Us » (1996), « Peace To Us In Our Dreams » (2015)… Son cinéma de la contemplation et de la méditation fascine par la beauté de ses longs plans séquences et de ses plans fixes filmant des personnages peu diserts et des paysages désertiques comme métaphores sur la vacuité des rapports humains.

Société à bout de souffle

Dans « Au crépuscule », nouveau film à la beauté sombre, les faits se déroulent en 1948. Après la fin de la seconde guerre mondiale, les soldats de l’Armée Rouge occupent les pays baltes alors qu’un mouvement de résistance se crée.

A lire aussi: Almodóvar, un nouveau réac?

Sharunas Bartas filme les affres de cette période en Lituanie par le regard du personnage principal, Unte, un adolescent vif et songeur. Le film se concentre à la fois sur un petit groupe de partisans qui luttent et vivent cachés dans des forêts enneigées et brumeuses, et sur les habitants d’un village isolé où vivent les personnages principaux du film: le vieux patriarche Jurgis Pliauga, sa femme Elena, une aristocrate déclassée et amère, et leur fils adoptif Unte qui découvre la cruauté et la violence du monde, la veulerie des humains et l’ambiguité de l’engagement.

Résistance désespérée

Cinéaste crépusculaire à la mise en scène austère et ascétique, Sharunas Bartas confronte son cinéma intimiste et métaphysique à un sujet historique. Servi par la lumière très picturale de son chef opérateur, Eitvydas Doskus, des cadres d’une rigueur absolue, un montage implacable, il filme les paysages froids et superbes de Lituanie, les animaux (grues, cigognes, chevaux, biches ou moutons) et les visages des êtres humains de manière très minérale, les suivant dans de longues prises dans une lumière de semi clarté fragile qui les magnifie.

Le film montre ainsi tout un pays, la Lituanie et sa résistance tragique, désespérée, peu glorieuse, minée par sa difficulté à agir, ses conflits internes et ses trahisons. Un pay condamné à la défaite. Sharunas Bartas, réussit un film pluriel, une chronique familiale sur une toile de fond historique amère et ambigue.

Au Crépuscule, un film de Sharunas Bartas. Sorti sur les écrans français le 24 novembre 2021


Previous article Qualifier son clip d’«ignoble», c’est verser dans l’anti-zemmourisme primaire
Next article Jeanne d’Arc, au secours
est directeur de cinéma.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération