Home Édition Abonné Médecins sans frontières


Médecins sans frontières

L'éditorial d'Élisabeth Lévy sur le coronavirus

Médecins sans frontières
La journaliste Elisabeth Lévy © Pierre Olivier

L’édito de mars d’Élisabeth Lévy 


À l’heure où j’écris ces lignes, le 26 février, le coronavirus a tué trois personnes en France et 12 en Italie. J’ignore si, à l’heure où vous les lisez, ce bilan s’est alourdi, mais le contraire, qui signifierait qu’on a stoppé net la propagation, serait presque miraculeux. J’ignore également si l’opinion a cédé à la panique, mais on nous a tellement demandé si nous avions peur que ça a bien dû finir par nous faire peur, selon le bon vieux principe de la prophétie autoréalisatrice. Enfin je ne sais pas non plus si les pouvoirs publics français ont pris de nouvelles mesures pour enrayer l’épidémie

Même les plus alarmistes des populistes ne demandent pas la « fermeture » des frontières, mais leur contrôle accru

Dépourvue de toute compétence en médecine et en santé publique, j’ai naturellement confiance dans les autorités sanitaires de mon pays. Quand le ministre déclare toujours le 26 février, jour où six nouveaux cas ont été recensés, « ce soir, je le redis, il n’y a pas d’épidémie en France », je me dis que tout va bien, même si sa certitude contraste notablement avec l’emballement médiatique et politique.

Tout est sous contrôle

C’est que dès qu’il est apparu que l’Italie était l’un des foyers principaux de la maladie, nous en avons mangé matin, midi et soir sur les chaînes info, avec force reportages dans ou plutôt autour des villes transalpines confinées – assaisonnés de références à la grande peste de 1575  et à ses 50 000 victimes. Au même moment, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Éric Ciotti et d’autres élus demandaient un renforcement des contrôles aux frontières, s’attirant les airs supérieurs des experts et les hauts cris de la majorité des journalistes.

S’il serait malséant, peut-être même complotiste, de douter a priori de la parole publique, on aimerait être sûr qu’elle n’est pas dictée par l’idéologie. En l’occurrence, ce n’est pas le refus des pouvoirs publics d’accéder à ces demandes qui interroge, ce sont les arguments avancés pour les éluder. Ils montrent en effet que, pour nombre d’acteurs et de commentateurs, la question de la frontière est de nature quasi religieuse. Ainsi Laurent Joffrin a-t-il promptement dégainé l’accusation de « populisme sanitaire », tandis que Le Monde se fendait d’un de ces sermons qu’il affectionne : « Le repli sur soi et l’isolement ne sont pas la solution », pouvait-on lire dans son éditorial du 27 février. […] La récupération partisane, l’exacerbation des peurs et la panique collective constituent des écueils à éviter à tout prix. »

À lire aussi: Coronavirus : pourquoi l’Italie est si lourdement frappée

C’est moins au nom de l’efficacité que de la morale que ces grandes consciences ont balayé les demandes de Le Pen et des autres. Au prix de fâcheux accommodements avec la vérité, la logique et la nuance. On a donc eu droit au chœur des vierges offusquées : « Fermer les frontières, mais vous n’y pensez pas : d’abord, ça ne sert à rien. Et puis c’est impossible. »

Tout d’abord, même les plus alarmistes des populistes ne demandent pas la « fermeture » des frontières, mais leur contrôle accru. En confondant les deux, on accrédite l’idée qu’une frontière doit, comme une porte, être ouverte ou fermée. Cette alternative binaire n’a aucune prise sur le réel : contrairement à ce que prétendent les vestales du sans-frontiérisme, aucune frontière (à part peut-être celles de la Corée du Nord) n’est totalement fermée ni totalement ouverte – par définition, dans ce dernier cas, elle n’existerait plus. Pour les États-Unis et la Chine, la frontière est un instrument de la politique : on l’entrouvre plus ou moins en fonction des flux, de personnes, de marchandises, de capitaux et d’information qu’on veut favoriser ou décourager. Mais la simple existence d’un contrôle d’identité à l’entrée d’un pays traduit déjà un certain degré de fermeture. Les gouvernements ouest-européens continuent pourtant à croire qu’ils iront en enfer s’ils dérogent aux règles de la sacro-sainte ouverture.

Contrôler les frontières? Vous n’y pensez pas?

Le principal argument des sans-frontiéristes, assené avec force ricanements, fleure la mauvaise foi. Le virus, répète-t-on avec gourmandise, n’a pas de passeport, il ne s’arrête pas aux frontières. Traduction : il faut vraiment être un plouc doublé d’un xénophobe à bas front pour croire que des contrôles changeront quelque chose à l’affaire. Sauf que le virus se déplace avec des personnes qui, elles, possèdent un passeport. En conséquence, si on interdit les voyages, on empêche le Covid-19 de circuler – et si on les réduit, on réduit la circulation. C’est d’ailleurs dans cette perspective que des voyageurs ont été placés en quarantaine et que de nombreux pays ont fermé, complètement ou partiellement, leur frontière aérienne avec la Chine. Selon les autorités sanitaires, ces mesures permettent seulement de ralentir la propagation : faut-il se priver par principe de ce bien au nom d’un hypothétique mieux ?

À lire aussi: Coronavirus: invoquant un prétendu racisme, la Chine s’attaque aux pays occidentaux

Pour autant, experts, responsables et prêcheurs affirment à juste titre que la mise en place de restrictions drastiques et, a fortiori, la fermeture totale des frontières n’auraient guère de sens. L’ennui, c’est qu’ils ne peuvent pas dire pourquoi, surtout en période électorale. En annonçant qu’il écourtait le carnaval de Nice, le maire Christian Estrosi a souligné la grandeur de son sacrifice. « La santé passe avant l’économie », a-t-il déclaré. Cette hiérarchie du cœur vaut pour les individus, pas pour la collectivité. La vie humaine n’a pas de prix, dit-on. Eh bien si, elle en a un. Et si c’est dans nos contrées qu’il est le plus élevé, il a une limite. En clair, nous n’allons pas risquer une crise économique majeure pour sauver quelques dizaines de vies. Le plus terrible, c’est que nous avons raison.

Les Rien-pensants

Price: 24,20 €

26 used & new available from 2,83 €

Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Michel Onfray: «Le gauchisme rend possible tous les délires»
Next article Fanny Ardant, la femme d’à côté
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération