Tous médias confondus, les commentaires entendus après l’abandon des charges contre DSK m’ont furieusement rappelé la belle réplique de Marcel Pagnol : « C’est très joli d’être innocent, mais il ne faut pas en abuser ».

Si je comprends bien, ce n’est pas parce que DSK ne sera finalement pas poursuivi qu’il serait innocent. Ah bon.
Autrement dit, toute personne obtenant dorénavant un non-lieu (décision par laquelle un juge d’instruction décide qu’il n’y a pas assez de charges pour poursuivre), une relaxe devant un tribunal correctionnel ou un acquittement devant une cour d’assises, le plus souvent « au bénéfice du doute », ne pourrait plus être considérée comme innocente des crimes et délits pour lesquels elle était poursuivie et devrait, jusqu’à la fin des temps, porter la croix de la suspicion sur le chemin du Golgotha médiatique.

Lire la suite