Quantcast
Home Édition Abonné Avril 2022 De l’art de la séduction halal


De l’art de la séduction halal

Ingrid, est-ce que tu baises?

De l’art de la séduction halal
© Nicolas Messyasz / SIPA

Malgré ses tribunaux et ses exécutions, #MeToo n’a pas réussi à dresser tous les mâles dominants. Quand on est une femme, même nantie de quelques mèches blanches, mieux vaut ne pas se promener dans certains quartiers ou marcher seule au bois de Vincennes. Expérience vécue…


Il y a des histoires vraies que l’on hésite à raconter tellement elles risquent de passer pour invraisemblables. En voici un exemple.

Un des rares avantages de vieillir, à mon avis, est que je suis devenue quasiment invisible dans l’espace public ; j’ai gagné le droit que l’on me fiche enfin la paix. Les rides et les mèches blanches sont un rempart utile, du moins je le croyais jusqu’à très récemment.

En cette belle journée ensoleillée des droits des femmes du 8 mars 2022, j’ai rendez-vous en fin d’après-midi avec mes copines pour aller retrouver notre orateur préféré au Chalet du lac où les femmes sont conviées. En attendant l’heure Z, je pars promener mes chiens dans les allées du bois de Vincennes.

ACTE 1

Assise sur un tronc d’arbre dans une petite clairière, je lis tranquillement un livre, mes deux chiens docilement couchés dans l’herbe à mes pieds. Arrive à vélo un homme d’une quarantaine d’années, de corpulence massive, chauve et gueule cassée (visiblement, de nombreux coups lui ont irrémédiablement défoncé le portrait). Sans dire un mot, en quelques secondes, il jette son vélo à terre, se campe en face de moi sur ses deux jambes écartées, déboutonne sa braguette, en sort son immonde érection et commence sa répugnante besogne exhibitionniste. Je m’éloigne aussitôt à grandes enjambées et laisse ce minable à sa pitoyable solitude. Mes chiens n’ont rien compris et ne me manifestent aucune solidarité canine ; j’en suis très peinée. Quelques minutes plus tard le minable en question me dépasse à vélo, se retourne, crache dans ma direction (heureusement il loupe sa cible) et me gratifie au passage d’un « sale pite » (en français « sale pute », j’avais bien compris) avant de disparaître.

A lire aussi : Thaïs d’Escufon: le goût de l’eau

ACTE 2

La loi des séries aimant parfois se rappeler à notre bon souvenir, mon deuxième séducteur du jour ne se fait pas attendre (à peine vingt minutes se sont écoulées, juste le temps qu’il faut pour calmer mon arythmie cardiaque et éponger mes sueurs froides). Tout en improvisant une solide marche nordique cette fois en direction de l’allée Royale, fréquentée à toute heure par des joggers et des promeneurs, j’entends quelqu’un m’interpeller juste derrière moi. Je ne réponds pas mais je force le pas, tout en retenant mon envie de courir. S’ensuit une bordée d’insultes en arabe mais je reconnais bien les sonorités des sempiternelles « j’ti parle sale chienne, sale pite (sic), j’vi t’défoncer, j’vi t’enculer, j’encule ta sœur, ta mère, ta fille », toute ma famille y passe.

A lire aussi : Accusée Thaïs, taisez-vous!

Me voici enfin arrivée dans la grande allée Royale où j’ai enfin le courage de me retourner et de lui faire face. Ses yeux sont noirs et exorbités, il y a des trous à la place des dents qui laissent dégouliner sa bave, il est visiblement alcoolisé (mais pas assez pour l’empêcher de me courir après) et me menace en brandissant une bouteille de vin à moitié pleine. Un promeneur courageux arrive vers moi en courant et me dit de m’éloigner, qu’il va s’occuper de lui. Mais rien ne le calme, il continue à me suivre, ignore complètement mon garde du corps improvisé après l’avoir quand même arrosé d’un « sale pidé » (traduction : sale pédé) et essaie de me fracasser avec sa bouteille sans arriver à m’atteindre. Par chance la Garde montée faisait justement une ronde et trois gendarmes déboulent au galop. Pas con le minable, à l’évidence bien au courant des procédures et du comportement à adopter face aux forces de l’ordre, il fait aussitôt profil bas, présente poliment ses papiers, nie en bloc m’avoir agressée et se prête docilement à la fouille au corps. Les gendarmes ne sont pas dupes et appellent à la rescousse leurs collègues de la police. C’est maintenant trois policiers et trois gendarmes qui prennent ma déposition ainsi que celle de mon témoin, le promeneur. Je m’attends à ce que le minable soit embarqué au poste pour rendre des comptes et qu’il reste un bon moment en garde à vue, mais pas du tout, puisqu’il ne s’agit pas d’une agression « caractérisée » (c’est-à-dire pas de traces, pas de sang, pas de sperme), il est libre de repartir sur-le-champ conter fleurette à la première femme qu’il croisera de nouveau sur son chemin.

A lire aussi : Une indifférence coupable

Ainsi va la vie. Tant pis pour l’injure, la menace, la peur au ventre, l’envie de vomir, la colère, le dégoût. #MeToo n’a finalement pas changé grand-chose et les pervers n’ont pas trop à s’inquiéter, il leur reste encore de beaux jours.

Je rejoins mes copines au Chalet du lac où nous sommes chaleureusement accueillies par notre Z, dans la pure tradition de l’art courtois. Cinq cents participantes écoutent, le cœur battant, l’hommage qu’il rend aux femmes, la reconnaissance qu’il porte envers leur beauté, leur courage, leur intelligence, leur liberté, leur audace et sa promesse de TOUJOURS les protéger. Je le crois sur parole.

Avril 2022 - Causeur #100

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article [Nos années Causeur] Au plaisir du contre-pied
Next article Marie Capron: un premier roman saignant
Professeure, diplômée de l'Université de Berkeley, elle a enseigné aux Etats-Unis et en France.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération