Home Édition Abonné Comment le Covid a changé leur vie… sexuelle


Comment le Covid a changé leur vie… sexuelle

Le confinement : un véritable tue-l'amour

Comment le Covid a changé leur vie… sexuelle
© D.R.

Rester des mois enfermés à deux dans un appartement n’aura pas été de tout repos pour les couples ! Plusieurs études montrent les effets néfastes qu’a eu le Covid sur la vie intime des couples.


Contrairement aux pronostics, les confinements n’ont pas été si profitables aux couples. C’est ce que montrent les observations de nombreux thérapeutes ainsi que des études internationales. Après une période de « lune de miel » où les amants ont pu se retrouver et passer du temps ensemble, la routine et les désagréments de l’enfermement ont fait des ravages.

À lire aussi, Erwan Seznec : Le confinement n’a pas fait exploser les violences conjugales

Selon Justin Lehmiller, chercheur au célèbre institut américain Kinsey, c’est grâce à la distance et au mystère que la flamme peut durer dans un couple. Avec le confinement, finis la distance et le mystère : les défauts de son partenaire sautent aux yeux ! Les femmes, qui se plaignaient déjà d’avoir des journées doubles sur fond de charge mentale, ont dû vivre leurs deux vies au même endroit. Avec une maison en bazar et des marmots dans les pattes, elles n’ont pas eu tant que cela envie de batifoler.

À lire aussi, Pierre Vermeren : Comment la France encovidée a succombé à la pulsion de mort?

De plus, la peur du virus a tué dans l’œuf toute libido. « Deux zèbres ne vont pas s’accoupler devant un lion », selon la sexologue Emily Jamea. Cela explique la baisse des naissances, en France notamment où seulement 740 000 bébés sont nés en 2020 (–1,8 % en un an), chiffre le plus bas depuis 1945. Dans l’étude de la psychologue Rhonda Balzarini, les participants de 57 pays ont affirmé que plus les facteurs de stress liés à la pandémie augmentaient, plus le désir sexuel diminuait. L’arrivée des vaccins devrait annoncer le retour à une vie normale. Sauf que certaines personnes en avaient tellement assez de leur moitié qu’elles n’ont pas hésité à la tromper pendant le confinement. Dur de recoller les morceaux après ça…

Été 2021 – Causeur #92

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article La Fabrique du crétin. 2e livraison
Next article Marco Berger: “Taekwondo” ou le beau au bois dormant
Étudiante à l'ILDJ

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération