Quantcast
Home Monde L’implantation médiatique chinoise en Afrique s’accélère


L’implantation médiatique chinoise en Afrique s’accélère

En partenariat avec la revue "Conflits"

L’implantation médiatique chinoise en Afrique s’accélère
LE PRÉSIDENT XI JINPING LORS D'UNE ALLOCUTION TÉLÉVISÉE C: CHINE NOUVELLE/SIPA

Entretien avec la chercheuse Selma Mihoubi, autour du soft power de Pékin


Avec le retrait progressif des forces françaises du Mali, l’influence occidentale en Afrique continue de diminuer.

Ce recul laisse une place plus grande aux Russes et aux Chinois, qui cherchent depuis une décennie à s’implanter durablement dans le continent… Cette implantation, tout du moins chinoise, n’est pas seulement économique et militaire, elle est également médiatique. Un phénomène à l’abri des regards, mais qui explique pourtant la croissance du sentiment anti-français.

Entretien avec Selma Mihoubi, docteur en géopolitique, chercheuse associée au laboratoire Médiations (Sorbonne-Université) et spécialiste de l’influence informationnelle de la Chine en Afrique francophone.


Conflits. En Afrique de l’Ouest, la Chine n’investit pas seulement dans les matières premières et les infrastructures, mais également dans le secteur médiatique. Quels sont aujourd’hui les moyens de communication au service du soft power chinois dans cette région ?

Selma Mihoubi. Depuis environ une décennie, la République populaire de Chine (RPC) a entrepris son implantation médiatique en Afrique de l’Ouest via trois médias d’État : Radio Chine Internationale (RCI), China Global Television Network (CGTN) et Xinhua, l’agence de presse officielle. Des versions francophones de ces trois médias ont été développées pour cibler les audiences francophones ouest-africaines.

Dans un premier temps, la Chine a souhaité institutionnaliser sa présence médiatique, en signant des partenariats avec plusieurs États de la région, comme le Sénégal et le Niger. Ces accords impliquent l’organisation de forums sur les médias sino-africains, visant à promouvoir la vision chinoise du journalisme en Afrique de l’Ouest. Pékin organise par ailleurs dans ce cadre des séminaires de formation destinés à des journalistes de la région, dans le but de leur faire découvrir la Chine et les médias chinois. Aussi, ces médias ont signé des partenariats avec des médias ouest-africains, afin de favoriser les échanges de contenus.

Outre l’aspect institutionnel, la Chine a construit des infrastructures pour ses médias, tels que des relais FM dans plusieurs villes de la région permettant la diffusion du signal de Radio Chine Internationale (RCI). Un bâtiment a été inauguré à Dakar en 2015 pour accueillir le siège des médias chinois en Afrique de l’Ouest, montrant l’intérêt de Pékin pour cette région. Ce bâtiment abrite désormais l’équipe de RCI Sénégal : une rédaction sénégalaise de RCI avec des journalistes locaux, ce qui est une première pour la Chine.

Ces moyens permettent à la Chine de communiquer vers les publics ouest-africains, de relayer sa vision de l’actualité internationale, et de tenter de concurrencer d’autres médias internationaux. Toutefois, les médias ne sont pas les seuls moyens de cette stratégie : la Chine a une autre conception du soft power que celle acceptée en Europe par exemple, puisqu’elle inclut le pouvoir économique. Dès lors, pour Pékin, les constructions d’infrastructures pour aider au développement de ses partenaires ouest-africains sont aussi comprises comme du soft power.

A lire aussi : Sahel: «La tentative de conquête néocoloniale de Poutine en Ukraine va décrédibiliser la propagande russe en Afrique»

Cette stratégie est-elle efficace ?

La stratégie de la Chine a été efficace au niveau politique, puisque les gouvernements locaux ont laissé les médias chinois s’implanter sans grandes difficultés. D’un point de vue géopolitique, il était stratégique pour les États ouest-africains de se montrer ouverts à la Chine, devenue une puissance importante, et de varier leurs partenaires internationaux. Concernant les médias, les partenariats avec les médias locaux ont montré des résultats positifs pour la Chine. Grâce à cette stratégie, des médias ouest-africains reprennent gratuitement des publications des médias chinois, permettant à Pékin de voir ses narratifs relayés pas des médias locaux.

Néanmoins, l’efficacité de cette stratégie connait plusieurs limites. En termes d’audiences, les médias chinois n’ont pas une popularité importante dans ces pays, après une décennie de diffusion. Les médias internationaux européens comme Radio France Internationale (RFI), France 24 ou encore British Broadcasting Corporation (BBC), sont beaucoup plus suivis et connus des publics en Afrique de l’Ouest. De plus, l’influence des médias chinois est entravée par leur organisation : ils sont administrés par des membres du Parti communiste chinois, et connaissent une liberté de ton très limitée. Une large part des contenus sont imposés ou contrôlés par une hiérarchie liée au pouvoir central à Pékin, ce qui résulte sur des publications au ton très institutionnel, et parfois peu adaptées aux préoccupations de leurs audiences. La stratégie de soft power de la Chine en Afrique de l’Ouest est ainsi mise en difficulté par l’autoritarisme du pouvoir chinois.

Un sentiment antichinois se renforce dans de nombreux pays où la Chine a investi massivement dans certains secteurs. Qu’en est-il en Afrique de l’Ouest ?

Ce sentiment existe au sein des populations ouest-africaines, particulièrement celles qui sont directement touchées par des problèmes liés à la présence de la Chine. Par exemple : au Niger, des populations voient l’eau de leur fleuve polluée par les déchets industriels d’une entreprise chinoise ; au Sénégal, des cordonniers sur les marchés ont connu de grandes difficultés lorsque des entrepreneurs chinois se sont installés pour vendre des chaussures à bas prix, impactant fortement leur activité. Ces éléments participent au développement d’un sentiment antichinois dans certaines zones.

Dans le secteur des médias, ce sentiment est aussi présent parmi les professionnels des médias ouest-africains, ayant une culture journalistique aux valeurs similaires à celles que nous connaissons en France (liberté de la presse, pluralisme des sources). Ainsi, les contenus médiatiques chinois sont parfois perçus par les professionnels comme de la propagande d’État. Par ailleurs, des journalistes ouest-africains ayant travaillé pour des médias chinois ont témoigné de mauvaises expériences : manque de confiance par leurs employeurs chinois, remise en question de leur travail, retards de paiements.

Enfin, ce sentiment est aussi nourri par la médiatisation, à plusieurs reprises, d’agressions visant de jeunes étudiants et travailleurs ouest-africains vivant en Chine. Ces évènements, largement relayés sur les réseaux sociaux, nourrissent l’idée d’un racisme des populations chinoises vis-à-vis des populations ouest-africaines, et peuvent amplifier le sentiment antichinois.

Comment est perçue cette politique d’influence chinoise par les États occidentaux traditionnellement engagés dans la zone, au premier rang desquels la France ?

Cette politique d’influence a été considérée comme une menace relative par les États occidentaux. En effet, la France ou le Royaume-Uni par exemple ont pris plusieurs mesures pour renforcer leur présence médiatique et la propagation de leurs…

>> Lire la fin de l’article sur le site de la revue de géopolitique Conflits <<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Quand les droitards choisissent Nupes au second tour…
Next article Les chômeurs des banlieues françaises sont les bienvenus aux Pays-Bas
Etudiant en 3ème année de Science Politique à l'Université Catholique de l'Ouest.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération