Aujourd’hui, les vieux sont partout. Au marché, au café, au ciné ou dans les rayons de supermarchés.


Seize millions de retraités, et demain? Qu’il est loin, le temps des épidémies de peste, de tuberculose ou de choléra. Certes, il y a bien eu quelques relents de tuberculose ces derniers temps mais tout de même, aujourd’hui, on vit bien mieux qu’avant.

« A l’horizon 2050, la population de chaque région française augmenterait hormis en Guadeloupe et en Martinique », nous dit l’INSEE. Par ailleurs, « la population vieillit dans toutes les régions. » Toujours plus de vieux en France, n’est-ce pas la preuve de notre vitalité?

Papi fait de la résistance

Jamais les Français n’ont vécu aussi vieux, jamais les vieux n’ont été aussi forts, conquérant toutes les sphères de notre société. Sport, argent, milieu politique ou associatif, rien n’échappe à l’emprise des vieux. Face à cet assaut inédit dans l’histoire de notre pays, les gouvernements s’essaient successivement à neutraliser un ennemi tout désigné: les futurs retraités.

Le gouvernement Macron aura-t-il le dernier mot? Tout dépend de la force de résistance de la RATP et de la SNCF.  Les agents de la RATP ont prévenu, ils sont prêts à partager ensemble la bûche de Noël. Pourtant, leur détermination ne fait pas l’unanimité chez leurs concitoyens. Dans un troquet parisien du XIIIème arrondissement, un petit monsieur moustachu a pesté devant son verre de blanc: « Moi, s’ils nous font chier jusqu’à Noël, je vais péter un plomb! »

A lire aussi: Réforme des retraites: les femmes pénalisées

Naguère, les révolutionnaires se battirent pour avoir l’estomac plein, ils eurent la tête du roi. Près d’un siècle plus tard, deux mois d’insurrection remuèrent la capitale. Gustave Flaubert, ami des bohémiens et de l’« Autre » avant la lettre n’eut aucune sympathie pour les Communards. Aujourd’hui, les révolutionnaires de la CGT manifestent pour leur retraite. Flaubert aurait-il été de leur côté? On peut raisonnablement en douter. En revanche, Victor Hugo en aurait sans doute fait de très beaux vers. Quant au justicier Zola, ça lui aurait bien inspiré un de ces romans feuilleton qui n’en finissent jamais et dont il eut le secret.

Les vieux sont l’avenir de la France

Il n’y a pas que les « rouges » de la CGT qui aient changé. En Mai 68, la jeunesse aspirait à changer le monde. Aujourd’hui, des étudiants de vingt ans s’inquiètent pour leur retraite. La vieillesse a colonisé les esprits à un point tel que les jeunes aspirent à vivre vieux, bouffer vieux -à travers le fameux bio- ont des rêves de vieux, pensent vieux, bref, vivent comme des vieux. Au tout début du XXème siècle, Blaise Cendrars quittait la Suisse à l’âge de seize ans pour séjourner en Russie, se moquant de sa retraite comme de sa dernière communion. Il mena une vie extraordinaire et nous légua de délicieux poèmes.

Aujourd’hui, le goût de l’aventure et de la découverte du monde n’est plus, la jeunesse veut de l’argent, du confort et une « bonne situation », elle se projette déjà en petit vieux. Comme par magie, l’apocalypse écologique est envolée, la fin du monde n’aurait finalement pas lieu. Faisant soudainement fi des fumeuses théories de l’effondrement et des prévisions du saint GIEC, des gaillards de vingt-cinq ans rêvent de prendre leur retraite dans moins de quarante ans et de vivre comme des papis jusqu’à cent ans.

A lire aussi: Réforme des retraites: et la démographie française?

Tout le monde s’accorde sur un point: le vieux est un témoin. Dans quarante ans, des millions de petits vieux pourront témoigner que l’apocalypse écologique annoncée en leur temps était infondée. Les futurs vieux seront colorés. Ils pourront témoigner que la théorie du « grand remplacement », en revanche, si  dure à admettre soit-elle, n’était pas aussi fantaisiste que veulent le faire croire les progressistes. Ils pourront aussi témoigner que durant leur jeunesse, les «rouges » de la CGT, si utopistes soient-ils, auront tenté de conserver une zone de confort que les prévisions du monde économique estimèrent caduque.

Les vieux sont l’avenir de la France, les vieux sont l’avenir de l’Europe. Les vieux méritent notre profond respect, les vieux n’ont pas fini de nous inspirer. Ensemble, clamons le haut et fort: que vivent les vieux! Et prions pour vivre tous vieux, riches, et en bonne santé, à des années lumières de la retraite du Père Goriot dépeinte par Balzac en son temps.

Lire la suite