Je suis tombée dans une embuscade. Je l’avais bien cherché. Cela s’est passé sur une route réputée dangereuse menant de Bamiyan à Kaboul. Nous étions partis à l’aube, mon chauffeur, mon traducteur et moi, voulant traverser les villages pachtounes avant la tombée de la nuit. La buée flottait au-dessus des champs. Quelque part vers l’Est, en direction de Yakaowlang, des hommes tiraient leur âne avec un bout de ficelle. Sous le soleil levant, les sommets des montagnes éclataient d’un rose-ocre violent. Mais la terre restait encore gelée et, par-ci par-là, dans le petit bois près des statues des bouddhas géants, on voyait des feux s’allumer.

Lire la suite