Quantcast
Home Édition Abonné Adidas: tout le macronisme en une image?


Adidas: tout le macronisme en une image?

La marque fait la promotion du voile islamique et des transsexuels

Adidas: tout le macronisme en une image?
D.R.

Sur les Champs-Elysées, la marque de vêtements de sport Adidas promeut l’inclusion, avec les photos de deux athlètes: l’une transsexuelle, l’autre islamiste! Notre chroniqueur trouve que cet affichage repoussant s’insère en réalité assez bien dans la France macronienne.


L’image est une parfaite synthèse de ce « progressisme » qui n’a rien d’un progrès.

« Convergence des intérêts marchands et communautaristes » résume très justement l’association « Unité Laïque ».

« Adidas met en vitrine un trans qui joue au volley féminin et une femme qui a obtenu pour les intégristes le droit de jouer au basket en hidjab. Où sont les femmes libres ? Invisibilisées ! Cancellisées ! » poursuit « Unité Laïque » qui s’en indigne sur le réseau social Twitter.

« Unité Laïque » a fait le choix de soutenir Emmanuel Macron, portant un regard sévère sur Marine Le Pen et son projet, et ne rejoint donc pas l’analyse exposée ici – le lecteur pourra utilement consulter son site pour connaître ses positions et ses engagements.
PPour autant, d’autres comme l’auteur de cet article estiment que le diagnostic de “convergence des intérêts marchands et communautaristes” fait à propos de la vitrine d’Adidas s’applique aussi à bien des aspects du projet macronien, incarnation politique du progressisme post-moderne dont cette vitrine est la manifestation commerciale, et même la quintessence symbolique.

Tout y est, en effet. C’est une double négation des femmes d’abord, en tant que sexe et dans leur dignité humaine. Ce militantisme trans est l’incarnation caricaturale du triomphe des caprices de la subjectivité sur le réel. On parle ainsi désormais de « personnes qui menstruent », et il est devenu « transphobe » de s’étonner que des prix de natation féminine soient raflés par quelqu’un qui a eu une puberté masculine et dispose d’un génome XY et d’un pénis. Rien n’est vrai, tout est permis.

Multiculturalisme et dangereux relativisme

Ces publicités sont ensuite la banalisation de l’islamisation. L’islamisation est normalisée. On nous présente comme une liberté l’exaltation permanente du symbole du déni de la liberté par un totalitarisme théocratique ! Mais l’UE nous enseignait déjà que « la liberté est dans le hijab », et notre candidat du front républicain en déplacement à Strasbourg le 12 avril trouve que « c’est ça qui est beau », qu’une femme soit en-même-temps féministe et voilée.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: À la déloyale

Multiculturalisme et relativisme donc, puisque toutes les cultures ont également droit de cité, qu’importe qu’elles piétinent la dignité humaine. Communautarisme, destruction à la fois de l’universel, de l’identité nationale partagée et de la citoyenneté, archipellisation de la société découpée en segments marketing pour les vêtements comme pour les votes, où chacun ne peut se sentir représenté et concerné que par une personne issue de la micro-minorité opprimée à laquelle il s’identifie. Convergence du tout dans le creuset infernal de la pub, de l’humanité niée de ceux qui ne sont plus que consommateurs du monde, des intérêts marchands qui se drapent dans les marqueurs de « vertu » à la mode pour habiller leur absence totale du moindre sens moral. Cerise sur le gâteau : c’est Adidas, l’entreprise « sauvée » à coups de délocalisations par Bernard Tapie, dont la proximité avec Mitterrand représente à merveille les années fric et cette gauche donneuse de leçons à l’origine d’une très grande partie des problèmes d’aujourd’hui.

Les premiers de cordée s’équipent chez Adidas

Et pendant ce temps, autre incarnation du même « progressisme », dans le quasi-unanimisme d’un parti unique de fait, parade le candidat du multiculturalisme, du « hijab féministe » acclamé par les Frères Musulmans, des « premiers de cordée » – et les autres « n’ont qu’à traverser la rue » ; le candidat qui saborde l’instruction, l’hôpital, la sécurité et tout l’héritage social du Conseil National de la Résistance, pour que le peuple soit le client captif de prestataires privés reprenant le flambeau de services publics en déshérence ; le candidat qui écrase le peuple d’impôts pour financer le « tribut aux barbares » et les cadeaux clientélistes à toutes les « minorités » courtisées ; le candidat de McKinsey et de la vente d’Alstom ; le candidat qui « fait barrage », ses partisans agitant l’épouvantail d’une menace fantasmée pour faire des procès en « complaisance avec le nazisme » à quiconque ne reprend pas servilement leurs éléments de langage.

Emmanuel Macron est Calliclès, l’anti-Socrate, et la vitrine d’Adidas est l’image parfaite de ce qu’il veut faire de la France !


Previous article Macron, l’épatant?
Next article Chasse à la femme
Haut fonctionnaire, polytechnicien. Sécurité, anti-terrorisme, sciences des religions. Disciple de Plutarque.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération