Le terrorisme ubérisé ne s’embarrasse pas de structure centralisée. Aujourd’hui privé de territoire, l’Etat islamique peut compter sur le renfort de djihadistes amateurs qui se livrent à des attaques sporadiques nécessitant une logistique légère.


Dans l’ancien monde – celui dont les équilibres politiques étaient essentiellement déterminés par les luttes d’influence entre le bloc soviétique et l’Occident atlantiste –, le terrorisme était communément employé en tant qu’arme de déstabilisation massive pilotée par les États. À la chute du mur de Berlin, ce sont les organisations paramilitaires les plus radicales (Brigades rouges italiennes, ETA, IRA…) qui s’en sont saisi comme moyen de pression d’envergure au service de leurs revendications politiques. Avec Al-Qaïda, puis avec l’État islamique, l’Occident a assisté à la mutation d’un terrorisme « classiq

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite