Apparemment, à part Elizabeth Teissier, tout le monde redoutait les débordements de Dominique Strauss-Kahn. En revanche, personne ne pouvait prévoir les dommages collatéraux liés à ce viol présumé. Un notable marié à une riche héritière, ce qui est très utile pour se loger à Manhattan mais désastreux pour la libido, se lâche sur le room-service et les répercussions sont internationales, interraciales, inter-classes sociales et inter-femelles et mâles. On aura tout vu et tout entendu et il n’est pas juste que le bienheureux privé de médias depuis un mois soit épargné. Je vais donc proposer un petit rappel des faits.

Prenant comme un seul homme la défense de la victime, les Guinéens de New York sont descendus dans la rue pour rappeler que le corps de la femme africaine ou musulmane ou les deux est sacré et qu’en abuser entraîne le déshonneur. Pour la victime en tous cas. On est heureux de l’apprendre et je suis sûr que le New-Yorkais dérangé sous ses fenêtres et déjà émasculé par les efforts conjugués du puritanisme et du féminisme en a pris bonne note.

Il reste à aller porter le message dans les pays africains en guerre car il semble avoir échappé aux hommes qui règnent dans ces contrées, qu’ils appartiennent aux armées régulières ou aux forces rebelles. Les Guinéens éclairés du monde libre et civilisé s’honoreraient tentant de convaincre leurs compatriotes que les femmes sont les égales des hommes, ou encore leurs cousins du Congo, pays qui détient le record du monde de viols, juste avant la Suède. Sûrement à cause des Suédois.

Lire la suite