Rescapée de la Shoah, l’histoire de Gisèle Flachs inspire également du côté des écoles perdues de la République.


La Bruxelloise Gisèle Flachs, 84 ans, est élégante et menue. Son visage, sa voix et ses gestes paisibles et harmonieux ne trahissent nullement son passé de petite fille rescapée de la Shoah originaire de Borislav (Ukraine). Après avoir perdu à quatre ans sa mère, qui s’est sacrifiée pour sauver sa grand-mère, la petite Gisèle sera prise en charge par différentes personnes, avant de rejoindre une tante, cuisinière dans un camp. Elle y est transportée de cachette en cachette jusqu’au jour où elle sera exfiltrée dans un sac à dos.

Puis son autre vie, souterraine, a commencé : dans un abri, un grand trou, sombre, froid et humide où dès son arrivée, elle reçoit un lit, de la nourriture et des vêtements. Elle y séjournera deux ans… Dans cette région très rurale, que se sont disputée la Pologne, la Russie et l’Ukraine, il est probable que d’anciens pui

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite