Ce n’est pas toujours celui auquel on pense qui a le plus besoin d’être encadré.


Dans une école primaire parisienne, un animateur de vie scolaire chargé d’encadrer les enfants qui font leurs devoirs l’après-midi s’arrête devant un pupitre d’écolier. Un garçon de CM2, plongé sur son cahier, recopie la première fable de La Fontaine. Avec application, ce petit chose écrit les fameux vers : « La cigale, ayant chanté / Tout l’été. / Se trouva fort dépourvue / Quand la bise fut venue… » « Non, lui dit l’animateur, tu as mal copié. Ce n’est pas d’une bise qu’il s’agit, mais de la brise, un vent léger… » Quelle sollicitude ! Sauf que le gentil animateur induit en erreur l’élève qu’il est censé aider.

A lire aussi : Société « L’école républicaine est en panne de sens »

Le soir venu

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite