Climat. Les gilets jaunes ont demandé le RIC. Macron nous offre son référendum d’initiative citoyenne délibératif. La démocratie représentative n’a plus trop la cote. Mais avec les panels de l’institut Harris, désigner un nouveau président, c’est du gâteau !


Les footballeurs de l’équipe de France représentent la France. Plus ou moins comme on le souhaiterait, mais ils nous représentent ! Ils défendent nos couleurs. Recrutés pour leurs talents, ils n’ont pas été tirés au sort par un institut de sondages et ne sont pas, au sens statistique du terme, représentatifs de nous, le peuple français. Mais, ils nous ont ramené la coupe à la maison.

Pour gagner contre le virus, nos gouvernants ont réuni des comités d’experts. On ne sait pas trop comment ils ont été sélectionnés, mais c’était des experts. Des savants ou peut-être même des sachants. Ils n’ont pas été tirés au sort par un institut de sondages, ils ne sont pas  représentatifs du peuple français mais, grâce à eux, nous avons vaincu la maladie.

Marion Cotillard et Cyril Dion, deux visionnaires

Pour décrocher la coupe de l’écologie et gagner la bataille climatique, l’équipe des 150 tirés au sort a été sélectionnée par la maison Harris « selon la méthode d’échantillons représentatifs utilisée lors de la réalisation de sondages, à partir de six tranches d’âge, de six niveaux de diplôme, de catégories socioprofessionnelle et de types de territoire ». Cette initiative a été suggérée au président le 13 février 2019 par Cyril Dion, formé à la réflexologie plantaire, écrivain, poète, réalisateur, premier directeur du mouvement Colibris et Marion Cotillard, actrice engagée. Dans une note publiée cinq jours plus tard, c’est Terra Nova qui a porté l’estocade en proposant « le référendum d’initiative citoyenne délibératif, adossé à la création d’une assemblée de citoyens tirée au sort ».

A lire aussi: La Convention climat ou l’art… du recyclage!

N’importe quel étudiant en première année de statistiques s’interrogerait sur le biais de sur-représentativité des acteurs les plus engagés et s’étonnerait que monsieur Cohn-Bendit ait fait partie de la cohorte initiale ! Mais, soyons beaux joueurs, nous ne pouvons que nous féliciter des résultats obtenus. On en rêvait. Ils l’ont fait. Tout y est.

La démocratie représentative, c’est dépassé

Il faut donc désormais aller plus loin, beaucoup plus loin. D’abord supprimer les deux assemblées, dont on vient de prouver qu’elles n’arrivent pas à la cheville du groupe représentatif de tous les Français, et virer tous nos représentants élus qui ne sont représentatifs que d’eux-mêmes. Ensuite, très vite, reprendre la martingale… pour la magistrature suprême !

Si on adapte et perfectionne un tant soit peu le concept, notre prochain président sera une présidente (100 femmes pour 95 hommes en France). Elle sera blanche, mariée, âgée de 43,3 ans, pèsera 63 kg, mesurera 1,65m et aura 93,7 cm de tour de poitrine. Elle aura 1,87 enfants, gagnera 2 250 € par mois, aura un niveau d’études compris entre bac et bac+2. Elle sera agent d’entretien ou enseignante, selon que l’on retiendra  la population en général ou la population féminine en particulier. Elle habitera une ville de 60 000 habitants.

A lire aussi: Les 5 impitoyables leçons sur la société post-coronavirus d’Erwan Seznec

Tout cela demande encore à être un peu affiné. Mais, un comité de constituance, dont la présidence sera proposée à Laurent Alexandre, pourra intelligemment s’en charger.

En essayant de ne pas oublier que, dans la vraie vie, des résultats moyens sont des résultats médiocres.

Lire la suite