29 ans, latina, à la gauche du Parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez est une des nouvelles élues américaines à la Chambre des représentants qui fait le plus parler d’elle. Comme si cela ne suffisait pas, sa proposition de surtaxe des plus hauts revenus fait chavirer Jérôme Leroy.


Dès qu’Alexandria Ocasio-Cortez sera élue présidente des Etats-Unis, je me ferai naturaliser américain. Si on m’avait dit que je finirais ma vie aux USA, à écrire des poèmes en regardant la mer… Je pense choisir l’Oregon. Il y a des vignobles qui commencent à faire de bons vins biodynamiques.

Bernie Sanders en jeune

Alexandria Ocasio-Cortez n’a pas trente ans et elle est vraiment de gauche. La preuve, les Républicains lui reprochent d’avoir dansé sur les toits de Boston quand elle était étudiante, les Démocrates « centristes » d’être une quasi-communiste et les médias d’être trop « radicale. » « J’entends dire que le Parti Républicain pense que les femmes qui dansent sont scandaleuses. Attendez qu’ils découvrent que les femmes parlementaires dansent aussi ! », a-t-elle persiflé.

Et en plus, AOC, comme on la surnomme, a le sens de la formule. C’est Bernie Sanders en jeune, et en sexy. D’ailleurs, elle a fait sa campagne lors de la dernière présidentielle. Bernie, le seul qui aurait pu battre Trump, il a quand même 77 piges. Il a été poignardé par Clinton et on a vu le résultat.

Le diable s’habille en rouge

Alexandria Ocasio-Cortez siège désormais, après sa victoire en novembre, à la Chambre des représentants, comme élue de la 14ème circonscription de New-York, entre Bronx et Queens. Elle veut imposer à 70% les revenus supérieurs à 10 millions de dollars annuels, pour financer un New deal écologique. Quand on n’a pas trente ans, on n’a pas envie de voir l’humanité finir avec soi. Ne jamais sous-estimer le facteur de l’âge chez les climatosceptiques, ce côté « après moi le déluge ! » entre un T-Bone Steak et un plein de trois cents litres tous les dix kilomètres pour le Hummer.

A lire aussi: Ecologie et compagnie, les combats de la gauche ne sont plus ceux du peuple

Un prix Nobel d’économie, Paul Krugman, trouve l’idée tout à fait jouable alors qu’on a fait des malaises cardiaques en série du côté de Wall Street quand AOC a osé causer de ça dans le poste. Krugman et elle ont rappelé que c’était encore plus imposé que ça sous Roosevelt et pratiquement jusqu’à Reagan. Elle veut aussi la gratuité de l’enseignement supérieur et de la santé qui seraient financés par une fiscalité adéquate ainsi que la destitution du Père Ubu péroxydé. Bref, elle est le diable: jeune, femme, belle, latina, rouge.

Le monde de Trump et Bolsonaro

Alors, quand on en sera à notre cinquième cohabitation Macron-Le Pen ou Le Pen-Macron, qui sont les deux éléments de la même totalité structurante, quand la France sera devenue un petit Taïwan hargneux et raciste, ultralibéral, pollué, ultrasécuritaire avec des auto-entrepreneurs qui bosseront jusqu’à 75 ans pendant qu’on dégagera les derniers ronds-points à la mitrailleuse lourde parce qu’on aurait, d’après la DGSI, repéré un soralo-dieudonniste dysorthographique vers Montargis, je partirai. J’aurais bien choisi le Brésil comme Bernanos mais là, ça ne va pas être possible, avec le Trump à la mode samba et escadron de la mort.

Je suis sûr qu’Alexandria Ocasio-Cortez présidente sera cool avec les demandeurs d’asile, même ceux qui, comme mézigue, ont un anglais désastreux.

Lire la suite