Le Premier ministre François Fillon passe devant le président Sarkozy et la chancelière Merkel lors d'une rencontre à Paris, février 2012. SIPA. AP21166881_000005

Et si le modèle allemand était en réalité un modèle à ne pas suivre ? Diantre ! Notre classe politique nous mentirait-elle sur la bonne santé économique de l’Allemagne ? Et dans quel intérêt ? Il faut bien avouer qu’ils sont peu à ne pas vanter le « modèle allemand. » Un peu de Mélenchon et de Chevènement par-ci, un peu de Dupont-Aignan par-là. Quant aux grands ténors de la classe politique actuelle, leurs yeux pétillent en évoquant la puissance allemande. Dans les discours et les arguments, elle est généralement utilisée pour attaquer la France et discréditer son modèle social. Les chiffres parlent pour eux : l’Allemagne ne déplore que 6,1% de chômage en septembre 2016 (contre 9.9% en France, au troisième trimestre), son plus bas niveau depuis la réunification de 1990.

Selon les propos du président François Hollande en 2013, cette réussite est due au « courage » allemand du début des années 2000, sous l’ère Schröder (« courage » qui lui a pourtant valu sa réélection). Des privatisations à tout-va et une libéralisation brutale de l’Etat-providence. Modèle suivi par son successeur, Angela Merkel. Constater le leadership allemand dans la zone euro suffit à se conforter dans cet angélisme. A entendre la majorité des commentaires politiques, l’erreur française viendrait de son conservatisme à préserver des blocages économiques. Le premier d’entre eux : le code du travail. Trop lourd pour François Bayrou. « Il fait plus de 3000 pages ! » s’était-il offusqué sur le plateau de « Des paroles et des actes », en février 2015, dans une audacieuse comparaison avec le très mince code du travail suisse. En Allemagne, il est beaucoup plus léger : 3000 pages…

 

 

Quels sont les sempiternels autres « obstacles » à l’économie française ? Une trop grande protection accordée aux salariés en CDI, la lourdeur des charges sociales pour les entreprises (qu’elles soient petites, moyennes ou grandes), la crainte de la justice prud’homale et les 35 heures. Il faut  « réécrire » le droit du travail , martelait, en 2015, le Premier ministre socialiste Manuel Valls. Avec moins de brutalité que ses voisins, la France a donc épousé la réforme. « Le minimum de ce qu’il faut faire », commente encore l’ancien président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker, chantre du libéralisme et de l’austérité en Europe.

A bien regarder, nul doute, les lois Macron et El Khomri ont quelque peu assoupli notre marché du travail. Egalement, avec le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), les entrepreneurs ont pu profiter d’aides étatiques afin d’améliorer – c’était le but – l’embauche. Malgré cela, les résultats, sur la courbe du chômage, se font encore attendre.

Des « minijobs » à 80 centimes l’heure

Tous ces mécanismes pourtant sont inspirés des modèles allemand et anglo-saxon (lui, aussi, généralement vanté). Incontestablement, les « minijobs » allemands (ou le contrat zéro heure en Angleterre) – des contrats à temps partiels – ont permis de faire réduire le chômage.  Ce ne sont, en revanche, ni François Fillon, ni Alain Juppé, ni même Emmanuel Macron qui évoqueront les salaires de misère (plafond maximal de 450 euros par mois pour un salarié) convoyés par ces modèles. En Allemagne, cela concerne 20% de sa population active. L’Italie, l’Espagne et le Portugal, sur les recommandations de l’Union européenne, ont bien suivi le schéma de ces petits emplois précaires, si faciles à « faire sauter » pour l’entreprise. Toutefois, dans ces trois pays latins, encensés par la droite française et la gauche sociale-libérale, rien ne s’est déroulé comme le plan le prévoyait. Il y a bien eu une petite baisse du chômage, mais à quel prix ? Les réformes ont explosé chaque modèle social, sans que celles-ci ne puissent permettre de recouvrer une sérénité économique et politique. Les inégalités se sont creusées, la pauvreté a augmenté (le nombre de sans-abri grimpe, des maladies rares refont leur apparition et la malnutrition infantile inquiète, particulièrement au Portugal), les services publics (à commencer par les hôpitaux) sont dans un état catastrophique et les jeunes diplômés, sans espoir, fuient massivement leur pays.

Quant à l’Allemagne, sa situation n’a rien de reluisante : outre-Rhin, l’écart entre les pauvres et les riches ne fait, là aussi, que s’amplifier. En 2015, près de 12,5 millions de ses habitants vivaient sous le seuil de pauvreté (15,29 % de la population). Le seuil étant fixé à 892 euros en Allemagne contre 935 euros en France, où, selon l’Insee, 4,9 millions d’habitants sont sous ce plafond (7,28 % de la population).

Des usines de 30 000 porcs

La prétendue « réussite » allemande est due à sa violence dans les rapports avec ses partenaires. L’Allemagne n’a pas de scrupules lorsqu’elle vient concurrencer par un dumping social ses voisins, comme les salariés français – paysans en tête. L’alliance européenne a bon dos…

Parmi les attaques économiques : l’agriculture. Le choix allemand s’est orienté vers la surproduction, la culture intensive – sans recherche de qualité, des fermes à 3000-4000 vaches dans les « länder » de l’Est. Aucune chance pour les exploitations françaises, de quelques dizaines de vaches, de les concurrencer, sauf à fabriquer des « fermes » à mille vaches. Il en est de même pour la filière porcine : l’Allemagne a créé des usines de 10 000 à plus de 30 000 porcs.

La paysannerie est, là, loin de sa vocation nourricière (au sens noble) et de recherche de qualité. L’avenir de l’agriculture française est morose et ce n’est pas un chèque de consolation, donné par l’Etat, qui lui donnera de la visibilité. La lutte est impossible. D’autant plus que l’Allemagne s’amuse à une concurrence totalement déloyale en employant des travailleurs détachés de l’est, des Bulgares, des Roumains, des Polonais, plus ou moins déclarés, payés quelques euros de l’heure. Au final, leur viande est vendue 20, 30 % moins cher que notre production. La France ne peut suivre un modèle de mise en péril de la condition, tant humaine qu’animale.

100 000 emplois destinés aux réfugiés

Les logiques économiques de l’Union européenne tendent à vanter ce canon productiviste. Dès lors, il n’était pas surprenant de voir l’enthousiasme d’Angela Merkel, durant l’été 2015, à souhaiter l’arrivée massive de migrants en terre allemande. Loin d’un discours pieux et humanitaire, la chancelière avait provisoirement ouvert les vannes de l’immigration, sur les conseils du patronat allemand. Une aubaine pour provoquer la baisse des coûts salariaux et faire face au vieillissement de la population active. Les migrants permettent de concurrencer directement les salariés allemands et les poussent à travailler plus pour moins cher. Le ministère du travail allemand compte d’ailleurs créer 100 000 emplois destinés aux réfugiés, des « minijobs » à 80 centimes de l’heure…

Pour obtenir un bref succès allemand (ou l’illusion d’un succès), la France devrait donc massacrer son système pour parvenir à rivaliser avec ses voisins. Est-ce là l’idée de l’Union européenne ? Où est la recherche de la troisième voie, celle de l’innovation et du courage politique ? Pour l’heure, la France n’en vient qu’à copier les dogmes économiques existants. L’échec est assuré.