Si Emmanuel Macron a réagi à l’incendie de Notre-Dame par une première adresse sobre et habitée, il a ensuite cédé aux mirages de la communication et du bougisme. En promettant de reconstruire la cathédrale en cinq ans, le président occulte la dimension spirituelle de l’édifice au profit de l’agenda olympique. Et replonge dans un prométhéisme fort malvenu.


« La reconstruire plus belle en cinq ans » : la formule du président de la République, dans son allocution officielle du mardi 16 avril 2019, avait sa part de dévoilement qui passait outre les bornes de la prudence, mais aussi du refoulement. La veille, en une nuit incendiaire qui avait vu la cathédrale de Paris se changer en Notre-Dame de France, d’Europe, de la Terre, il avait su reporter son discours de politique générale, se rendre sur les lieux, entrer dans la nef calcinée et en ressortir pour une première adresse dont le ton protecteur et l’accent prophétique quelque peu surjoués pouvaient cependant exciper de l’émotion nationale et internationale.

Mais tel Orphée revenant des enfers, le chef de l’État n’a pu s’empêcher de retourner sur ses pas et préférer le mirage de la communication au magistère du silence, lequel suffit pourtant, en temps d’« épreuve », au consentement tacite entre le prince et le peuple. Empressé de reparler, Emmanuel Macron n’a pas manqué de déparler, se livrant à un tour de passe-passe censé le délivrer du spectre de la désillusion qui lui colle aux basques. L’occasion était encore « plus belle » que la restauration promise de renvoyer les calamités de l’heure à la faute de personne, si ce n’est le mauvais sort des astres, quitte à confondre la circonstance impondérable avec la condition nécessaire pour qu’enfin les Français se prennent à l’écouter. Prétendant nous parler de nous, il nous a ainsi parlé de lui.

D’un discours à l’autre, un mot trois fois répété dans le commentaire immédiat a été effacé de l’exhortation officielle, celui spontané mais aux contours contrariés de « destin ». Une telle invocation du fatum antique devant un monument élevé à la gloire de la providence biblique résume à elle seule l’idée de la transcendance, dont le locataire de l’Élysée se targue qu’elle le hante, et dont l’on est en droit de soupçonner en conséquence qu’il pourrait bien juger judicieux qu’on la rapporte à sa personne. Ce qui invite, incidemment, à relire à une autre lumière, plutôt américaine et chargée de halos théodémocratiques, le goût qu’il manifeste à intervenir auprès des corps religieux et à s’en faire l’intercesseur.

Or, les catholiques, imprimant l’image le premier soir, car naturellement représentés à son côté par le clergé de la cathédrale, ont été

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite