Home Édition Abonné Sur M6, les journalistes sont des distributrices de bonheur!

Sur M6, les journalistes sont des distributrices de bonheur!

Sur le canal 6, Ophélie Meunier et Marie Portolano vous veulent du bien

Sur M6, les journalistes sont des distributrices de bonheur!
La journaliste Ophélie Meunier © D.R.

Suite à leur fusion, l’idéologie de la chaîne progressiste M6 risque d’atteindre TF1…


L’annonce de la fusion TF1-M6 laisse-t-elle présager que notre vieille première chaîne sera envahie par la ligne éditoriale progressiste qui se développe à grande vitesse sur M6 (et qui, d’ailleurs, a aussi commencé à infiltrer TF1, maison-mère de TMC qui diffuse « Quotidien ») ? À midi, le journal de la sixième chaîne est animé par la compagne du grand penseur antiraciste Lilian Thuram.

A lire aussi, Thomas Morales: Au théâtre ce soir avec Pascal Praud!

Quant aux deux dernières recrues de la chaîne, elles cochent toutes les cases de la bonne pensée. Ainsi, Ophélie Meunier, formée chez Yann Barthès, officiant à « Zone interdite » le dimanche soir, propose une série digitale, « Génération engagé.e.s », qui brosse des portraits « très inspirants » de jeunes femmes de moins de 30 ans. Lutte contre la précarité menstruelle, réinsertion de prisonniers, rassemblement des étudiant.e.s face à l’urgence climatique, retissage du fameux lien social, elles entendent « faire bouger les lignes de la société ».

Meunier a également fait bouger les lignes à sa petite échelle : dans TV Magazine, elle tente de se convaincre qu’elle a été mise à l’antenne pour ses compétences journalistiques et non pour son physique très avenant. « Pour montrer que j’avais ma place, j’ai dû me battre plus qu’un homme », assure-t-elle. Dans l’enfer misogyne de la sixième chaîne, elle peut désormais compter sur le soutien de son amie Marie Portolano, transfuge de Canal + et réalisatrice du documentaire Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, qui a contraint le mal élevé Pierre Ménès à une retraite anticipée.

À lire aussi : Garçon chiffon: Ouin-ouin flonflon

Si Portolano va bien continuer le journalisme sportif pendant l’Euro, elle sera toutefois préposée à la cuisine avec l’animation du « Meilleur pâtissier » à la rentrée. Elle confie se considérer non seulement journaliste, mais « distributrice de bonheur à la télé ». Comme Ophélie Meunier, Marie Portolano regrette de devoir « faire ses preuves constamment » tout en déplorant ce qui est arrivé à Pierre Ménès, mais elle se réjouit d’avoir « participé à libérer la parole » malgré tout. Cela s’appelle ménager la chèvre et le loup.

Juin 2021 – Causeur #91

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Réseaux sociaux: sous la cape des anti-corridas, les animalistes
Next article Talent oratoire: en avoir ou pas
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération