Home Édition Abonné Réseaux sociaux: sous la cape des anti-corridas, les animalistes


Réseaux sociaux: sous la cape des anti-corridas, les animalistes

Petite plongée dans l’arène des anti-corridas sur Facebook…

Réseaux sociaux: sous la cape des anti-corridas, les animalistes
Manifestation contre la corrida, Paris, 11 avril 2021 © SEVGI/SIPA Numéro de reportage : 01013912_000001

Les anticorridas sont très présents sur les réseaux sociaux, surtout sur Facebook et Twitter. Très organisés, ils mènent des actions pour défendre la cause des taureaux, mais pas seulement…


« Quand on a vu une corrida, comment on peut continuer à en voir d’autres ? Il faut être dégénéré ou ne pas avoir le cerveau fait comme les autres » s’écrie Didier Bonnet, président du CRAC Europe (Comité radicalement anti-corrida), le 15 mai à Montpellier lors d’une manifestation des anti-corridas pour réclamer la fin de cette pratique. S’il y avait presque plus d’associations présentes que de manifestants – 55 personnes, selon les organisateurs ! – c’était tout de même l’occasion de faire le tour de l’écosystème de ces associations et de constater leur symbiose.

Les anti-corridas sont souvent antispécistes

La manifestation était réunie place de la Comédie à l’initiative d’Alliance Éthique, un mouvement qui se définit comme vegan et antispéciste. On retrouvait les associations locales COLBAC Anti-corrida Béziers et Sète animal Save. Des mouvements plus importants n’étaient pas en reste : le Parti animaliste, représenté par deux de ses élus, Eddine Ariztegui (Montpellier) et Véronique Sahun (Vitrolles), et le CRAC Europe, les lobbys One Voice et L214 éthique et animaux (dont Alliance Éthique est le représentant dans l’Hérault) avaient aussi répondu à l’appel.

A lire aussi: Causeur #91: Viva la corrida!

Les activistes anti-corridas sont généralement des militants antispécistes et incluent leur combat dans la cause plus large du bien-être animal. Ces associations savent efficacement se mobiliser et s’organiser, surtout en ligne, et y collaborer. Par exemple, le live Facebook de la manifestation fut retransmis sur les pages des différentes associations. Par le biais de ces pages, ou au sein d’autres groupes de discussion en ligne publics, regroupant plusieurs milliers de membres, les listes des candidats aux diverses élections favorables ou non à la corrida tournent. Les militants relayent les pétitions, comme celles de la PETA, dont la dernière demande à la mairie de Bayonne d’interdire la corrida pour mériter son titre de « deuxième ville en France où il fait bon vivre » ! Les militants organisent en ligne des opérations de lobbying appelant à écrire aux maires de plusieurs villes. Julien Sanchez à Beaucaire et Robert Ménard à Béziers sont particulièrement dans le viseur des anticorridas. L’influence des militants fut illustrée tout récemment dans l’affaire de la cagnotte Leetchi de l’école de tauromachie Adour Aficion qui faisait un appel aux dons. Les anti-corridas n’hésitèrent pas à partager les cordonnées de la responsable de la plateforme pour exiger l’arrêt de cette cagnotte !

Un poids médiatique certain

Selon un sondage IFOP de 2015 demandé par Alliance Anticorrida (à ne pas confondre avec Alliance Ethique) 73% des 2001 personnes sondées sont favorables à la suppression des corridas avec mise à mort des taureaux en France. 83% sont favorables à l’interdiction pour les mineurs de moins de 14 ans d’assister à des corridas avec mise à mort des taureaux. Quant aux chiffres de la présence sur les réseaux sociaux des principaux mouvements anti-corridas, ils sont éloquents et témoignent de cette volonté d’interdiction très répandue (voir notre tableau ci-dessous). Si les mêmes acteurs et les mouvements peuvent se recouper, coopèrent et collaborent (partage, offre de covoiturage etc), leur poids sur les réseaux sociaux ou médiatique demeure certain.

Ils savent également mobiliser de nombreuses célébrités, comme le montre la liste des personnalités anti-corridas établie par Alliance anticorrida.

A lire aussi: Simon Casas: « La tauromachie a signé mon divorce avec l’époque »

Historiquement, les premiers mouvements visant à interdire la corrida invoquaient la protection de la vie du torero. Ce souci ne semble plus être de mise. Si l’on en croit les commentaires les plus radicaux sur les pages des mouvements évoqués, on souhaite désormais les pires sévices aux aficionados. Sur la page « Anti-corrida », Michel écrit le 16 mai : « Offrir en trophée les oreilles et la queue du torero blessé pourrait devenir une nouvelle et belle tradition ! ».

Quelques chiffres

Noms des associationsFacebookTwitter
Alliance Anticorrida31 125 abonnés4 593 abonnés
No Corrida10 168 abonnés3 596 abonnés
FLAC Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas25 719 abonnés4 281 abonnés
CRAC Europe Comité radicalement anti-corrida pour la protection de l’enfance22 219 abonnés  7 213 abonnés
Parti animaliste89 442 abonnés26 608 abonnés
COLBAC Anti Corrida Béziers3 025 abonnés325 abonnés
Alliance Éthique4 230 abonnés1 470 abonnés
One voice781 615 abonnés34 678 abonnés
Sète animal save1 906 abonnés18 abonnés
L214 éthique et animaux862 891 abonnés96 251 abonnés
Le journal de la cause animale4 927 abonnésX
Chiffres du 18.05.2021


Previous article La rivalité sino-américaine d’un point de vue civilisationnel
Next article Sur M6, les journalistes sont des distributrices de bonheur!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération