(AFP) – En Allemagne, le parti « Les Républicains » (« Die Republikaner ») est une petite formation d’extrême droite fondée par des dissidents du parti conservateur bavarois CSU et un ancien membre de la Waffen-SS, le journaliste Franz Schönhuber, décédé en 2005.

L’UMP va se transformer fin mai en un nouveau parti qui, selon des sources concordantes, sera baptisé « Les Républicains ».

Actuellement dirigé par Johann Gärtner, « Die Republikaner » compte environ 6.500 membres. Il a été surveillé par les services de renseignements intérieurs allemands entre 1992 et 2006.

Die Republikaner, qui a dans le passé tenté de se rapprocher d’autres formations d’extrême droite allemandes comme DVU ou le NPD, a obtenu dans les années 80 et 90 quelques bons scores aux niveaux européen (six députés en 1989) et local, avec quelques élus à l’assemblée de l’Etat régional du Bade-Wurtemberg (sud-ouest) entre 1992 et 2001. Mais depuis cette date, le parti, quasi inexistant au niveau fédéral, n’est plus représenté dans aucun parlement régional.

Député européen de 1989 à 1994 sous la bannière des Republikaner, avant de claquer la porte du parti pour rallier le NPD, Franz Schönhuber est l’auteur d’un livre dans lequel il défend le régime nazi et son propre rôle dans la Waffen-SS, branche militaire de la SS. Il est également l’auteur d’un livre à la gloire de Jean-Marie Le Pen, l’ancien président du Front national français.

C’est lors de la présentation du livre en 1997 à Munich que M. Le Pen avait réitéré ses propos sur l’extermination des juifs, à ses yeux un « détail » de l’Histoire.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite