Home Culture Les quatre vérités de Leonard Bernstein

Les quatre vérités de Leonard Bernstein

Bernstein avait quatre métiers : compositeur, chef d’orchestre, pédagogue et people

Les quatre vérités de Leonard Bernstein
Leonard Bernstein en concert sur TF1, le 24 novembre 1981. SIPA. TF135001064_000017

Plus que le critique, le comédien, le musicien et le danseur, c’est l’ouvreuse qui passe sa vie dans les salles de spectacle. Laissons donc sa petite lampe éclairer notre lanterne !


On ne va pas finir 2018 sans dire adieu à Leonard Bernstein (1918-1990) – Lenny pour les intimes, autant dire tout le monde, ce qui le flattait au début et l’horripilait à la fin.

Bernstein avait quatre métiers : compositeur, chef d’orchestre, pédagogue et people. Compositeur faisait déjà quatre métiers : fournisseur de ballets dès Fancy Free en 1944 ; maître du musical et père en 1957 d’un miracle nommé West Side Story ; symphoniste sérieux, et trousseur d’opéras (laborieux mais Candide, fiasco en 1956, se bonifie avec le temps).

Le pédagogue avait quatre écoles : Harvard et Tanglewood où il fut élève puis prof de maestros (et maestras : Marin Alsop est un peu sa fille) ; ses propres livres qui sont des cours d’initiation ; enfin, ou plutôt d’abord, la télévision qu’il a éduquée pendant vingt ans (l’éditeur Kultur publie en DVD ses 53 Young People’s Concerts, preuve en image que l’Amérique des sixties savait ce que pouvait être un service public de l’art. Et preuve que c’est fini, là-bas comme ici).

Le people avait quatre étoiles : le couple Kennedy qui le dorlotait ; Lauren Bacall, voisine et confidente au Dakota Building sur Central Park ; Herbert von Karajan, son anti-moi européen ; et le public avec partageait joies et blessures jusqu’à l’indécence. Anar doré, c’est pour lui que Tom Wolfe inventa la locution assassine « radical chic ».

Le chef d’orchestre avait 1003 amours de Mozart à Copland, mais quatre passions : Ravel, Chostakovitch, Mahler et lui-même. Globe-trotter plus souvent à l’hôtel qu’à la maison, il avait aussi quatre cités : New York, son cœur, son Philharmonic ; Tel Aviv, terre promise où les aurores sont divines et les garçons jolis ; Vienne, « naziland » à qui il réapprend Mahler, fierté de sa vie ; et Paris.

Paris ! ville « angélique » tellement plus fraîche que la diabolique Vienne. Paris, ville du ciel : il loge place de la Concorde, au Crillon où vous pouvez maintenant occuper la fameuse « Suite Bernstein » avec terrasse, 25.000€ la nuit. Paris, ville des plaisirs, des amis Noureev, Nadia Boulanger. Ville des orchestres hypnotisés qui ne se plaignent pas comme à New York de perdre leur discipline.

Paris, ville ingrate. L’événement du centenaire, aura eu lieu à Toulon où la comédie musicale de 1951 Wonderful Town a connu en janvier sa… création française ! Ailleurs, une symphonie, une suite de danses, l’énorme Mass à Lille. Paris ? Un bref Trouble in Tahiti à l’Athénée, re-Mass à la Philharmonie (bof), un modeste Candide monté de Marseille aux Champs-Élysées le 17 octobre – en version de concert. Et puis ? Pas un cycle symphonique digne du génial chouchou. Pas une Songfest. Pas un nouveau West Side Story – c’était pourtant l’occase vu que le clef-en-main pour touristes made in Broadway on n’en peut plus. L’Opéra national ? à part un bout de West Side il y a dix ans, Bernstein, connaît pas. Misère !

L’anniversaire se termine, nous reste quoi ? Les disques. Mais alors là c’est Byzance. Deutsche Grammophon a bourré deux coffrets mirifiques : un pour le chef (121 CD, 36 DVD), un pour le compositeur (26 CD, 3 DVD). Des années soixante, Sony tire une « remastered edition » : 100 ans, 100 CD. Cerise on ze cake, Warner vient de publier 7 CD de studios, répétitions et concerts parisiens avec l’Orchestre national de France (An American in Paris, entre Ravel 1975, mirobolant, et Rachmaninov 1979). Restez chez vous : tout Lenny est là.

Bernstein: West Side Story

Price: 8,05 €

5 used & new available from 8,05 €

Léonard Bernstein-Complete Recordings on Deutsche Grammophon & Decca

Price: 355,99 €

1 used & new available from 355,99 €

Léonard Bernstein Édition-The Vocal Works

Price: 317,99 €

1 used & new available from

Novembre 2018 - Causeur #62

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Jean Sévillia dévoile “les vérités cachées de la guerre d’Algérie”
Next article Histoire belge: pour être réélu, le Premier ministre de droite passe l’arme à gauche

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération