Quantcast
Home Édition Abonné Législatives: Mélenchon a-t-il invisibilisé la droite?


Législatives: Mélenchon a-t-il invisibilisé la droite?

Chapeau l’artiste…

Législatives: Mélenchon a-t-il invisibilisé la droite?
Jean-Luc Mélenchon à Paris, 12 juin 2022 D.R.

Trois électeurs sur quatre s’étant rendus aux urnes dimanche n’ont pas voté à gauche. Mais à écouter les journalistes, c’est tout comme si la Nupes avait fait un triomphe! Remettons les choses à leur place: les citoyens français amateurs de Jeremy Corbyn ou Aymeric Caron ne pèsent en réalité pas bien lourd.


À l’extrême gauche, et en particulier dans les cercles néoféministes, on se fait fort depuis quelques temps de dénoncer l’ « invisibilisation » de tel ou tel groupe social. Un jour, c’est les « racisés » (ces derniers s’étant fait voler leur glorieuse histoire par les colons blancs), le lendemain ce sont les femmes (le masculin l’emportant scandaleusement sur le féminin en grammaire) et le surlendemain les LGBT (parler de « mariage gay », plutôt que de « mariage » tout court, fait déjà de vous un homophobe, à croire certains).

A lire aussi: Jeremy Corbyn chez la Nupes: “qui se ressemble s’assemble”

C’est au point que le mot « invisibilisation » a rejoint l’édition 2023 du dictionnaire Larousse, aux côtés des mots « wokisme » ou « grossophobie ». Mais, au soir du premier tour des élections législatives, c’est bien la magistrale « invisibilisation » de la droite française qu’il nous faut dénoncer. Et, nous allons le voir, ce n’est pas un petit scandale !

D’une minivague arc-en-ciel, Mélenchon veut faire un tsunami

Hier soir à Paris, peu après les premiers résultats tombés à 20 heures, notre cover boy de juin, le leader d’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, se rapproche de son pupitre pour prononcer son allocution. Calme et moins tonitruant que d’ordinaire (il prétend alors qu’il est saisi par l’émotion), entouré du Vert Julien Bayou et du communiste Ian Brossat, il appelle ses électeurs à « déferler » dans les urnes dimanche prochain. « Au terme de ce premier tour, la nouvelle union populaire arrive en tête. Elle sera présente sur plus de 500 circonscriptions au 2e tour !» se réjouit-il.

Constatant que, selon lui, « le parti présidentiel est battu et défait », il appelle les Français à retourner voter pour les candidats de la Nupes dimanche prochain, seule possibilité, à l’entendre, de dire non à la réforme des retraites et à une prétendue « partie cachée » du programme d’Emmanuel Macron – « 80 milliards » qui seraient sournoisement retirés du budget de l’État, afin de rentrer de nouveau dans la limite des 3% de déficit public autorisés par Bruxelles…

Enfin, pour faire bonne figure et complaire aux bobos wokistes à la sauce Sandrine Rousseau qui gangrènent la gauche, il appelle le peuple français à se débarrasser définitivement des « dominations sociales, culturelles et de genre ». Il doit penser que ça fait chic.

Minute, coco !

Si la Nupes n’a certes pas à rougir absolument de sa performance dans les urnes, il convient cependant de rappeler à tous ces aspirants à la députation rêvant de Mélenchon à Matignon quelques vérités:

Tout d’abord, à 20 heures, c’est vrai, les premiers résultats des instituts de sondage donnaient en pourcentage quelques petits dixièmes de points d’avance au monstrueux assemblage LFI-PC-PS-EELV… Mais en fin de soirée, le ministère de l’Intérieur donnait une égalité quasi-parfaite (25,70% pour Ensemble et 25,65% pour Nupes à 00h30, quand nous finissons cet article). En réalité, l’alliance d’extrême gauche et l’alliance d’extrême centre sont donc à touche-touche dans le rapport des forces national.

A lire aussi: Présidentielle 2022: la rentrée des classes

Reste que ces simples estimations données à 20 heures auront permis à Mélenchon et tous ses sbires de parader durant toute la soirée électorale. Un classique… Mais, à l’exception peut-être notable de CNews, peu de journalistes se sont risqués à contredire les représentants Nupes triomphants, ou à simplement rappeler les simples évidences qui vont suivre, lors des débats organisés par les médias de grands chemins.

Mon appel au « cercle de la raison »…

Premièrement, le niveau de l’abstention est tel qu’il ne permet pas de voir dans le score de LFI et ses affidés quelque élan populaire véritable que ce soit. Deuxièmement, selon l’IFOP à 21h00, même dans la plus favorable des hypothèses de second tour, la meilleure projection en termes de sièges à l’Assemblée pour la Nupes (210) n’atteignait pas le niveau de la pire projection en termes de sièges pour Ensemble (275)… Le seul véritable enjeu de dimanche prochain consistera donc à déterminer si Emmanuel Macron obtient une majorité absolue ou relative au Palais Bourbon. Troisièmement, et c’est ce qu’a finement observé notre directrice Elisabeth Lévy sur son compte Twitter hier, même si « on glose sur la première place de la Nupes (…) la leçon du résultat, c’est que trois quarts des Français qui votent ne sont pas de gauche » !

Alors qu’Emmanuel Macron réalise une rare contre-performance aux législatives pour un président au lendemain de son élection, nous n’avons donc plus qu’une seule chose à demander: qu’on arrête donc tous ces accommodements contre-productifs et idéologiques avec une gauche en réalité en déclin. En cachant ses intentions économiques réelles, en ne faisant jamais campagne, en ne débattant qu’avec Marine Le Pen et en donnant des gages grotesques à la gauche bien-pensante (on pense aux mensonges concernant les violences au Stade de France visant à ne pas stigmatiser les banlieues séparatistes votant volontiers LFI par exemple, ou à la nomination de Pap Ndiaye à la place de Jean-Michel Blanquer), le président Macron a renforcé cette gauche fielleuse, vagissante et populiste. Elle va venir perturber les débats à l’Assemblée nationale pendant cinq ans et une majorité de Français qui aspirent en réalité à une politique de droite. C’est là sa seule vraie victoire !


Élisabeth Lévy : “Abstention : les électeurs ont une responsabilité”

Il y aurait un peuple merveilleux et des élites incapables. Comme si nous, les électeurs, n’avions aucune responsabilité… 

Retrouvez notre directrice de la rédaction chaque matin à 8h10 dans la matinale de Sud Radio.


Previous article Police: critiques partout, soutien nulle part
Next article Tous derrière et lui devant
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération