Quantcast
Home Culture Le rond de serviette, complexe de droite


Le rond de serviette, complexe de droite

"Le rond de serviette est-il de droite ?" de Richard de Seze (La Nouvelle Librairie)

Le rond de serviette, complexe de droite
© La Nouvelle Librairie

Un essai plaisant de Richard de Sèze, Le rond de serviette est-il de droite ? dresse une amusante typologie. 


Vers 1967, parut chez Flammarion un pamphlet plaisant intitulé Le Complexe de gauche, où les auteurs, Jean Plumyène et Raymond Lasierra, qui avaient auparavant publié un essai remarqué sur les fascismes français, se plaisaient à définir les grands traits de la psychè progressiste : tuer le père et résister au gaullisme, adorer sa mère et lire Le Nouvel Obs, participer à un réseau structuraliste et mettre fin à l’Homme, etc.

Deux ans plus tard, après le fameux mois de mai, paraissait Le Complexe de droite, à mon sens moins réussi, où les deux mêmes mettaient en évidence quelques caractéristiques droitières comme la lecture de Minute (!) ou la nostalgie du Père et de l’Age d’or, celui d’avant la TVA – quand les vins n’étaient pas trafiqués, quand les femmes restaient à la maison, etc.

Mi sérieux, mi farceur….

Je ne sais si Richard de Sèze, qui est chroniqueur à Causeur (trop rare, NDLR!), a lu ces pamphlets d’un autre temps, mais son recueil m’y fait songer. De quoi s’agit-il ? D’un exercice mi sérieux, mi farceur, mais en fait moins léger qu’il n’y paraît, où l’auteur se demande ce qui est de droite ou de gauche. Exemple : le mug (ou moque, pour user du vieux terme de marine), où le placer, à bâbord ou à tribord ? De gauche, sans aucun doute, car, même orné d’un profil de monarque, « il ravale, il abaisse, il uniformise, il fait passer la fantaisie du moment pour de l’intelligence. » Idem pour le rond-point, « surcroît incontestable de laideur folklorique, progressiste et contemporaine ». Idem pour le sacrifice humain, ce qui me paraît contestable, car, après tout, les Aztèques n’étaient pas vraiment des adeptes de l’instabilité et du changement…

A lire aussi, Didier Desrimais: L’effondrement de la langue française, prélude de la barbarie

De droite, la poussière, car « modeste, discrète, loyale et nécessaire ». Le feu de cheminée, en tant qu’ « ascèse, plaisir simple, odorant, lumineux et sonore, une invitation à se réunir sans regarder un écran ». De droite, le paysage, et le nombril, et les lichens et les arbres. Et le très-pérenne plat du jour : le bœuf carottes et son quartier de brie, comparables et archétypaux.

À lire Richard de Sèze, je me suis amusé, j’ai ronchonné en crayonnant la marge de ce guide pratique qui est aussi un traité de théologie politique, et, en fin de compte, j’ai peut-être progressé dans ma connaissance du monde et de moi-même.

Richard de Seze, Le rond de serviette est-il de droite ?, La Nouvelle Librairie, 178 pages.

Le rond de serviette est-il de droite ?: Et autres considérations essentielles

Price: 14,90 €

4 used & new available from 14,90 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Caroline Cayeux la pestiférée
Next article Quand les poètes voyagent
écrivain et critique littéraire belge. Dernier livre : Le prince d'Aquitaine.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération