La ville natale de Robespierre, Arras, s’apprête à célébrer le Révolutionnaire. Contestable et parfois ridicule sur la forme, cette célébration pourra-t-elle néanmoins aider à la réévaluation en cours du rôle historique de l’Incorruptible?


Adulé par les faubourgs pendant la Révolution, Robespierre n’a pourtant donné son nom à aucune artère parisienne. Le projet avait été soumis à Anne Hidalgo qui l’avait jugé « peu consensuel ». La ville d’Arras voudrait réparer cet oubli, en honorant le député artésien et enfant du pays d’un musée au lieu même où il est né.

Envoyant Danton, Hebert ou Brissot à la guillotine, il a associé son nom à la Terreur et aux débordements de la Révolution. Il a aussi défendu la plèbe en exigeant qu’elle ait son pain.

Retombées touristiques

Robespierre défiait ainsi une confiscation élitiste et bourgeoise de son soulèvement. Héros ou monstre selon les mémoires, le projet se veut lui « historique », animé du noble (et pontifiant) souci de « replacer l’homme dans son contexte ». Renonçant à toute cohérence idéologique, c’est d’ailleurs une mairie centriste qui en est l’auteur. L’UDI est-elle devenue une formation « incorruptible » ? Le territoire attendrait surtout des retombées touristiques.

Et le Pas-de-Calais n’a pas (encore) réputation d’être une terre d’exil. Hélas, son terroir est pauvre en souvenirs. La mémoire locale est habituée à confondre l’âge d’or avec la fosse à charbon. Ainsi on patrimonialise les mines, comme pour éveiller l’étrange nostalgie d’une époque où la silicose épargnait rarement les survivants du coup de grisous.

Selon le journal Libération, lequel cite « la légende », l’ancien maire Jean-Marie Vanlerenberghe aurait consenti au projet après un voyage en Australie. Un touriste lui aurait lancé « Vous venez d’Arras ? La ville de Robespierre ! » Interrogé par le quotidien, un ancien professeur d’histoire et

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite