Du rififi dans la monarchie


Youpeeee ! La famille royale belge vient de s’agrandir ! Pas de bébé joufflu à l’horizon, hélas, et inutile d’envoyer des timbales en argent au palais, il s’agit simplement de la surréaliste conclusion des nombreuses tentatives de Delphine Boël de se faire enfin reconnaître pour ce qu’elle est, une bâtarde adultérine et pour ce qu’elle n’est pas, une princesse. Petit voyage au pays des fous du roi.

Bâtarde adultérine donc de l’ancien Roi des Belges Albert II, Delphine Boël avait été reconnue comme telle l’an dernier. Les amateurs de têtes couronnées avaient pu suivre cette saga ridicule et peu glorieuse, orchestrée par Maître Uytendaele, l’époux de l’ancienne ministre Laurette Onckelinckx. Celui-ci a toujours mis son point d’honneur à enfoncer des coups de boutoir dans tout ce qu’il pense être un ciment de l’unité nationale belge. Il doit d’ailleurs être le dernier des Belges à imaginer que la monarchie puisse en être un. A sa place, on viserait plutôt l’équipe de foot du Standard ou la Duvel qui réunissent bien mieux Flamands et Wallons que des rois infoutus depuis des décennies de siffler la fin de la récré particratique.

Contraint à une analyse ADN, Albert II avait donc reconnu du bout des lèvres être le père biologique de Delphine, qu’il avait eue d’une vieille maîtresse, légèrement mythomane et pensant sans rire se faire épouser. Madame Sybille de Sélys, la vieille maîtresse en question, lorgnait vers le trône ou en tout cas vers le palais. Peut-être ignorait-elle que le Prince Albert, frère du Roi, était marié et père de trois enfants. Voilà ce qui arrive quand on ne lit pas Point de Vue et Images du Monde avec suffisamment d’application. Ou peut-être ignorait-elle que, de tout temps, les princes comme les bergers ont donné des coups de canif dans le contrat sans trop s’embarrasser des conséquences de cette tocade. Voilà ce qui arrive quand on ne lit pas Paris-Match avec assez d’assiduité. Bref, elle réclama toujours que son mari et père officiel, Jacques Boël, renonçât à la patern

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite