Home Culture Lars Von Trier, quel sadique!


Lars Von Trier, quel sadique!

Le marquis de Sade s'est retrouvé dans sa tombe

Lars Von Trier, quel sadique!
Le réalisateur Lars von Trier sur le tapis rouge du Festival de Cannes, mai 2018. AP22201602_000015

Si la réalité dépasse parfois la fiction, c’est que la fiction précède parfois la réalité. La littérature prévoit l’avenir. Cette chronique le prouve.


Dire que le dernier film de Lars von Trier, The House that Jack Built, l’histoire d’un serial killer artiste, a provoqué des réactions outrées au dernier Festival de Cannes est un euphémisme. Au hasard, celle de Ramin Setoodeh, le critique de Variety, qui a tweeté : « Jamais vu une chose pareille à un festival. Plus de 100 personnes sont sorties de la projection, écœurées de voir des mutilations sur des femmes et des enfants. »

Dans la foulée, le cinéaste est accusé d’avoir fait des déclarations ambiguës sur Hitler, harcelé Björk lors du tournage de Dancer in the Dark et dit dans une conférence de presse qu’il aurait pu être serial killer, mais qu’il savait se contrôler et que s’il devait tuer quelqu’un, ce serait un journaliste. Bref, le parfait salaud, le suspect idéal. Provocation ? Évidemment.

De Sade à Pasolini en passant par Baudelaire

Nous assistons là à une très vieille histoire qui va de Sade à Pasolini en passant par Flaubert ou Baudelaire. Il y a toujours eu face aux œuvres d’art qui explorent les limites de ce qui peut être dit ou pensé dans une époque donnée une réaction de refus, de déni, parfois violente, qui va de l’envie de pénal à la médicalisation de l’artiste : bon à enfermer ou fou comme Sade, qui passa sa vie en prison. Les propos du journaliste Jules Janin en 1834 résument une certaine vision de Sade, qui subsiste encore aujourd’hui : « Mais par où commencer et par où finir ? Mais comment la faire cette analyse de sang et de boue ? Comment soulever tous ces meurtres ? Où sommes-nous ? Ce ne sont que cadavres sanglants, enfants arrachés aux bras de leurs mères, jeunes femmes qu’on égorge à la fin d’une orgie, coupes remplies de sang et de vin, tortures inouïes, coups de bâton, flagellations horribles. […] Ô quel infatigable scélérat ! »

Bref, les mêmes mots que ce critique à propos du cinéaste danois : « Je viens de quitter l’avant-première de Lars von Trier à Cannes, car voir des enfants se faire tirer dessus et assassiner n’est ni de l’art ni du divertissement. »

On a bien sûr le droit de ne pas aimer Sade ou Lars von Trier, de les trouver complaisants, dérangés, mais la violence de ces réactions indiquerait plutôt que nous préférons, aujourd’hui comme hier, les écrivains Temesta et les cinéastes Deroxat. Bref, ceux qui ont la politesse ou qui sont assez madrés pour ne pas nous renvoyer un reflet trop brutal d’une violence contemporaine que nous ne voulons voir à aucun prix car elle nous fait honte.

Et nous détestons par-dessus tout avoir honte.

Nymphomaniac [Blu-Ray]

Price: 124,90 €

7 used & new available from 39,19 €

Antichrist

Price: 18,90 €

25 used & new available from 4,93 €

Juin 2018 - #58

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Ariel, la lessive qui lave les cerveaux mâles
Next article Le Coran est grand si la raison est son prophète
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération