Home Culture Kafka et Michaux au temps du “stop and go”


Kafka et Michaux au temps du “stop and go”

C’était écrit, la chronique de Jérôme Leroy

Kafka et Michaux au temps du “stop and go”
La philosophe Claire Marin © Photographe : Hannah Assouline

Si la réalité dépasse parfois la fiction, c’est que la fiction précède souvent la réalité. La littérature prévoit l’avenir. Cette chronique le prouve.


« Autrefois, quand la Terre était solide, je dansais, j’avais confiance. À présent comment serait-ce possible ? On détache un grain de sable et toute la plage s’effondre, tu sais bien », se désolait Henri Michaux dans Lointain intérieur en 1948, texte dans lequel il pousse le plus loin son angoisse devant une vie quotidienne devenue illisible. Cette impression d’un réel fuyant, ce sentiment d’évoluer dans une réalité parallèle rend assez exactement l’état d’esprit des Français confrontés à un monde remodelé par une pandémie qui fête son premier anniversaire et efface tous nos repères. Au point qu’on commence à s’inquiéter de l’état psychique de la population ballottée de confinements en déconfinements, de conférences de presse en couvre-feux. Ce constat était ainsi résumé, à la fin du mois de décembre dernier par Les Échos : « La crise sanitaire et le confinement au niveau mondial ont très fortement accentué les risques dépressifs. En France, la souffrance psychologique atteint des sommets parmi les populations les plus exposées. Un Français sur cinq a sérieusement envisagé de se suicider. »

En matière d’impossibilité à se projeter dans l’avenir, par exemple, on trouve des accents prophétiques dans l’œuvre de Kafka où nombre des personnages restent englués dans un présent perpétuel, comme le narrateur du Terrier, un texte posthume de 1931. Celui qui parle dans Le Terrier ne sait plus s’il est une bête ou un être humain et se sent traqué par un ennemi invisible. Finalement, c’est l’angoisse qui le pousse à exercer sa violence d’abord contre lui-même dans cet espace désespérément clos : « Je le sais fort bien, et même maintenant, à l’apogée de ma vie, je n’ai pas une minute de réelle tranquillité : à l’endroit où se trouve cette mousse sombre, je suis mortel, et je vois souvent dans mes rêves un museau qui ne cesse de renifler avidement alentour. » Avant d’ajouter : « C’est donc avec mon front que des milliers de fois, pendant des jours et des nuits, je me suis jeté contre la terre ; j’étais si heureux quand j’avais le front en sang, car c’était la preuve que la paroi commençait à être solide. » On recherche un abri contre un péril, mais cet abri se transforme en piège peut-être encore plus dangereux. Et cette « paroi » kafkaïenne qui blesse et protège à la fois devient la métaphore saisissante de ces écrans qui ont envahi nos vies et dont la philosophe Claire Marin, dans Le Monde, montre toute l’ambiguïté : « Ce que nous avons découvert, c’est que notre vie n’est pas un fond d’écran sur lequel nous pouvons ouvrir une multitude de fenêtres en même temps. Ce à quoi le virtuel nous laisse croire, l’expérience réelle l’a assez brutalement contredit. »

"Plume précédé de Lointain intérieur"

Price: 9,50 €

44 used & new available from 0,50 €

Le Terrier

Price: 16,71 €

7 used & new available from

Février 2021 – Causeur #87

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “Grease” au banc des accusés!
Next article Le club des membres sans membres
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération