Jadis, pour réussir un bon hold-up, il fallait réunir une équipe de malfrats expérimentés, préparer chalumeau, chignole, stéthoscope, et choisir le parfait coffre-fort. Aujourd’hui, il suffit de prendre rendez-vous avec le directeur de votre succursale bancaire muni d’un dossier de demande de financement sur lequel est écrit « intelligence artificielle » (IA).

Si tout se passe bien, le banquier ouvre le coffre, et vous donne ce que vous voulez…

Des solutions high-tech pour venir en aide aux migrants

Car l’IA sert à tout. Donc à rien. Elle génère par exemple une « météo émotionnelle » des marchés, grâce à la start-up Sesamm : « Passées au crible d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite