Home Édition Abonné Avril 2018 L’intelligence artificielle sert à tout, même à parler aux morts…


L’intelligence artificielle sert à tout, même à parler aux morts…

Résurrection artificielle

L’intelligence artificielle sert à tout, même à parler aux morts…
crédit photo Ni Yanqiang

Jadis, pour réussir un bon hold-up, il fallait réunir une équipe de malfrats expérimentés, préparer chalumeau, chignole, stéthoscope, et choisir le parfait coffre-fort. Aujourd’hui, il suffit de prendre rendez-vous avec le directeur de votre succursale bancaire muni d’un dossier de demande de financement sur lequel est écrit « intelligence artificielle » (IA).

Si tout se passe bien, le banquier ouvre le coffre, et vous donne ce que vous voulez…

Des solutions high-tech pour venir en aide aux migrants

Car l’IA sert à tout. Donc à rien. Elle génère par exemple une « météo émotionnelle » des marchés, grâce à la start-up Sesamm : « Passées au crible de ses algorithmes internes, sociétés cotées, parités monétaires, matières premières ou cryptomonnaies livrent le secret de l’appréciation des foules, une donnée que les investisseurs ne trouveront nulle part ailleurs. » L’entreprise croît et y croit.

Ailleurs, dans Le Point, le « dominicain geek » [sic] Éric Salobir se fait tirer le portrait. Cherchant à convertir le pape François à l’intelligence artificielle, il a organisé début mars au Vatican un « hackathon » : pendant trente-six heures, cent étudiants planchent sur des solutions high-tech pour venir en aide aux migrants.

Sans pénétrer jusqu’aux voies du Seigneur, l’IA nous promet aussi de pouvoir reparler à nos morts. Et pour un prix très modique. Une équipe russo-américaine a ainsi développé un « chatbot » ou robot virtuel alimenté par d’anciennes conversations numériques entre un homme mort du cancer et ses proches. Résultat : son fils James peut toujours échanger avec lui via Facebook Messenger. Quel enfer !

Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Laurine Roux l’envoûteuse
Next article Marc Alyn: mémoires d’un poète au XXème siècle
Il est l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération