Home Culture Huysmans, poète sarcastique


Huysmans, poète sarcastique

Le poème du dimanche

Huysmans, poète sarcastique
"Femme se coiffant", Edgar Degas,1885 (détail) - D.R

Le poème du dimanche


Joris-Karl Huysmans n’a eu son édition en Pléiade qu’en 2019 et c’est bien tard quand on voit certains de ceux qui ont eu ce privilège avant lui. Ce maître de la littérature fin-de-siècle a un itinéraire esthétique et spirituel qui l’a conduit du naturalisme à la Zola à une forme de mysticisme occultiste. Cela lui fera écrire des vies de saintes, lui qui avait commencé par décrire celle des prostituées. Il est aussi le symbole, avec A Rebours, son roman le plus connu, de cette sensibilité décadente, qui confond voluptueusement la beauté, la pourriture et la mort dans des extases raffinées.

À lire aussi, du même auteur: Paul-Jean Toulet, une mélancolie si française…

C’est à un autre genre d’extase, sarcastique, que l’on vous invite aujourd’hui avec un Huysmans poète. C’est en effet comme poète que Huysmans entre en littérature en 1874 avec Le Drageoir aux épices. Il s’inscrit avec ce recueil dans la riche tradition française du poème en prose du XIXème siècle qui compte Aloysius Bertrand et son romantisme gothique ou Baudelaire et son Spleen de Paris où le poème en prose est aussi un moyen de peindre une modernité cruelle et ridicule, belle et monstrueuse.  

C’est incontestablement au Baudelaire du Spleen de Paris que Huysmans songe dans le Drageoir aux épices, en y rajoutant une touche de sordide qui n’appartient qu’à lui.


L’extase

La nuit était venue, la lune émergeait de l’horizon, étalant sur le pavé bleu du ciel sa robe couleur soufre. 

J’étais assis près de ma bien-aimée, oh ! bien près ! Je serrais ses mains, j’aspirais la tiède senteur de son cou, le souffle enivrant de sa bouche, je me serrais contre son épaule, j’avais envie de pleurer ; l’extase me tenait palpitant, éperdu, mon âme volait à tire d’aile sur la mer de l’infini. 

Tout à coup elle se leva, dégagea sa main, disparut dans la charmoie, et j’entendis comme un crépitement de pluie dans la feuillée. 

Le rêve délicieux s’évanouit… ; je retombais sur la terre, sur l’ignoble terre. Ô mon Dieu ! c’était donc vrai, elle, la divine aimée, elle était, comme les autres, l’esclave de vulgaires besoins ! 

A rebours

Price: 8,70 €

36 used & new available from 1,15 €

Le Drageoir aux épices/Croquis parisiens

Price: 9,70 €

15 used & new available from 6,29 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Nerval, pionnier du «shifting»
Next article Dino Risi sur la route
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération